Manger bio et végétarien à Tokyo, c’est possible !

L’autre jour, le Nippon me sort (étude à l’appui), que l’agriculture classique japonaise utilise 10 fois plus de pesticides que l’agriculture américaine (en cogitant à propos des surfaces cultivables des deux pays, on s’affole !). Quelle est la première cause de mortalité au Japon ? Le cancer. L’étude mentionnée traçait d’ailleurs … un lien direct de cause à effet. Pourtant, comme me l’a signalé Antigone XXI, le Japon fut l’inventeur des AMAP après le bombardement d’Hiroshima. À l’époque, les japonais ont eu plus de conscience de l’impact des radiations sur leurs aliments qu’aujourd’hui …

 

Je ne suis pas (encore) végétarienne. Si je n’ai jamais été une grande fan de la viande et des protéines animales, certaines saveurs m’attirent encore trop pour passer le cap. Mais savoir qu’être végétarienne (ou végan) et tokyoite est possible est un déjà un grand pas en avant. Avoir une alimentation bio, en revanche, c’est en quelque sorte une tradition familiale. Si j’ai eu du mal à le mettre en oeuvre à Tokyo, je suis acquise à cette cause, et je découvre que même le sake japonais se met au biologique ! Lorsque l’on fait ses courses, voyageurs comme locaux peinent à s’y retrouver … Alors, suivez le guide !

#Les idéogrammes qu’il faut connaître

有機 (yuuki): biologique. L’agriculture biologique se dit ainsi: 有機農業 (yuukikoogyoo).

Exemple d’un label avec cette sauce tomate. Source: http://www.kikkoman.co.jp/delmonte/tk-ts/organic/index.html

無農薬: sans pesticide

無化学肥料: sans fertilisants artificiels

極減農薬: usage réduits de produits chimiques

Source: http://www.nihonyuki.jp/about/organic/

Source: http://www.rainforestherbs.jp/blog-date-201402.html

Les règles pour obtenir ces indications sont définies à partir des normes agricoles japonaises (JAS) dont vous trouverez une brève présentation sur le site du ministère de l’agriculture, ici.

Désormais, en plus de comprendre les préfectures d’origine de mes aliments, il me faudra rechercher ces indicateurs d’une agriculture biologique. Pour rappel:

Nope, non, niet, no !

X福島(ふくしま= fukushima)
X宮城(みやぎmiyagi)
X茨城(いばらぎ: ibaraki)
X千葉(ちば= chiba)
X群馬(ぐんま gunma)
X栃木(とちぎ tochigi)
X岩手(いわて iwate)
X青森(あおもり aomori)
X静岡(しずおか shizuoka)
X神奈川(かながわ kanagawa)

FEU VERT !

◎福岡(ふくおか= fukuoka)
◎宮崎(みやざき= miyazagi)
◎鹿児島(鹿児島)
◎徳島(とくしま tokushima)
◎北海道 (hokkaido): très bon pour les pommes de terre !

Miam, des légumes sains ! Source: http://yuukiyasai.net/

Pour les non végétariens qui s’inquiètent tout de même de la provenance de leurs protéines animales, voici quelques informations supplémentaires. Pour avoir des oeufs produits dans des fermes respectant un temps soit peu les niwatori (poules), il faut trouver ces kanji:

– 放し飼い

– 平飼い

Ils signifient que les poules sont élevées en plein air.

#Le barbare glutamate monosodique

Honnêtement, je n’y connais pas grand chose. Mais cet additif alimentaire utilisé en large et au travers au Japon laisse suffisamment de place à la controverse pour qu’on puisse vouloir … s’en passer. En europe, il est interdit dans le lait, le cacao, les jus de fruits … alors qu’ici il est utilisé. Pour trouver cette substance sur vos paquets : アミノ酢等.

Au Japon, certains produits / substances chimiques sont utilisés par l’industrie agroalimentaire, alors que l’Union Européenne les limite ou les interdit. Je fais personnellement plus confiance aux autorités sanitaires de l’Europe, qu’à celles du Japon.

#Faire ses courses biologiques (à Tokyo et ailleurs)

 sur Tokyo Cheapo a compilé un grand nombre d’information, que je vous traduit ici en français.

 1. Le marché !

Quoi de mieux que d’acheter ses fruits et légumes directement aux producteurs ?! Mais il faut admettre qu’en un an et demi à Tokyo, je n’ai jamais croisé un seul marché … Avec japanfarmersmarkets.com c’est une erreur réparée !

  •  Marché UNU
Un Farmers Market

photo credit: tokyocheapo.com

Quand: samedi et dimanche

: devant l’Université des Nations Unies, Aoyamadori
  • Marché jour de la terre

Quand: un dimanche par mois (planning)
Où: Parc Yoyogi, à côté des bureaux de la NHK
Site internet: http://www.earthdaymarket.com/

Source: https://www.flickr.com/photos/claire_lynn/

  • Marché d’Ebisu

Quand: 2 dimanches par mois (planning)
Où: derrière la station Ebisu, au Ebisu Garden Palace
Site internet: http://www.marche-japon.org/area/1309/

  • Marché du soleil

Quand: deuxième weekend du mois (planning)
Où: Station Kachidoki (Chuo-ku), Exit 4a, 4b
Site internet: timealive.jp/marche/

JA

Ce sont des sites de vente directe de produits agricoles, dont l’approvisionnement varie régulièrement. Pour les trouver sur Tokyo, rendez-vous sur la carte de Tokyocheapo.

3. Les magasins de fruits et légumes ainsi que les supermarchés

C’est là que trouver des produits bio se complique. Ils commencent à affluer dans certains rayons, mais il faut pouvoir s’y retrouver aux niveaux des idéogrammes. Les yaoya (magasins de produits frais) sont bien sûr plus intéressants, non seulement en terme de prix mais aussi de qualité. Le souci c’est qu’étant approvisionnés localement (en grande partie), sur Tokyo ce n’est pas une option pour qui s’inquiète de la radioactivité. Il est aussi moins évident de savoir si les produits sont issus d’une agriculture sans pesticide.

4. Les sites internet de vente en ligne 

Uniquement en japonais, je ne saurais trop fournir d’information à leur propos, du genre les prix de livraison et les moyens de paiement. Mais ils existent, et je compte bien en faire le tour !

Source: http://www.wact.co.jp/

Source: http://tokyo-vegefest.com/. Oui, car il y a des évènements végans au Japon !

# Les restaurants bio, végétariens, et végans (à Tokyo et ailleurs)

Le site Happycow (en anglais), guide pour une alimentation saine,  recense pas moins de 159 restaurants végétariens et végans (ne signifiant pas forcément biologique). Une goutte d’eau face à l’incroyable quantité de restaurants dans la capitale nipponne, mais bien plus que ce à quoi je m’attendais. Là encore, grosse surprise, ils existent, les communautés sont actives. Il suffisait de creuser un peu la question ! Happycow, qui est un site international, recense aussi pas mal de services et de magasins en lien avec l’écologie, le bio et le véganisme et ils ont du choix pour le Japon !

Pour avoir un top des restaurants végétariens, un tour du côté de Time Out Tokyo nous fournit 14 adresses. Je peux vous dire que les photos donnent faim …

Je n’ai pas dressé de liste de restaurants plus approfondie, n’en ayant testé aucun. Le message que je souhaite partager est qu’au Japon, il est possible de manger bio, il est possible d’être végétarien, végan, et de se débrouiller. Quant au coût, je ne l’imagine pas tellement plus élevé que la moyenne. D’une part, entre mon porte-monnaie et bien manger, je fais vite le choix. D’autre part, on constate bien souvent qu’à bien manger (sous entendu, de bons produits), on consomme moins.

Source: http://www.greenleafoods.com/

Cette vidéo, tirée de videonews.com informe le public sur l’abus dramatique de pesticide dans l’agriculture japonaise.

ameliemarieintokyo

Éditeur web basée à Tokyo depuis 2013, travaillant dans la communication et le marketing. Passionnée d'écriture, de nature curieuse et sensible, j'apprécie particulièrement de mettre en scène mon quotidien nippon et de partager mon expérience de la société japonaise.

RELATED POSTS

18 Commentaires

  1. Répondre

    Marion

    26 novembre 2017

    Merci beaucoup pour cet article !!!
    Je suis installée depuis peu à Tokyo et toutes ces informations me sont très utiles.
    Je viens de faire une commande sur le site de Gaia (produits + panier bio). Effectivement le site est en japonais mais grâce à Google on peut tout traduire et tout comprendre ! Information pratique on peut payer la commande en espèce à réception (ce qui évite les frais bancaires sur compte Français).
    Pour compléter la liste des magasins bio, un Bio c’ bon a ouvert à Azabujuban (assez cher comme toujours mais on y trouve beaucoup de produits étiquetés en Français) et j’ai trouvé quelques trucs au Peacock à Shimokitazawa (légumes surgelés bio et produits nettoyant écologiques).
    Encore une fois merci et bonne continuation.

    • ameliemarieintokyo

      27 novembre 2017

      Bonjour! Je suis contente que l’article ait été utile! C’est vrai qu’il mériterait d’être dépoussiérer ^^ je vais de temps en temps casser ma tirelire à bio c bon pour retrouver des produits français!

  2. Répondre

    Lena

    26 août 2016

    Bonjour, tout d’abord merci pour ces articles bien utiles. Quelques questions me restent cependant, je ne suis pas végétarienne, mais j’avais pour habitude de faire attention à l’origine de la viande lorsque j’étais en France. Hors je ne trouve pas d’indication concernant l’origine sur les paquets japonais. En saurais-tu plus sur le sujet ?
    Concernant l’huile de palme, y a-t-il des noms qui la dissimule comme en France ? Graisse de palme, huile végétale, Monostérate de glycérol etc,. par exemple.
    Ah! Et je ne vois pas Okinawa dans la liste des régions, c’est quand même Feu vert ?
    Pour le reste je devrais pouvoir trouver je pense, même si je ne suis pas à Tôkyô, grâce à ces quelques conseils.

    • ameliemarieintokyo

      12 septembre 2016

      Bonjour Lena!

      Je m’excuse de ma lenteur dans ma réponse. La provenance des aliments est toujours indiquée sur les emballages au Japon. De même pour toutes les substances utilisées dans la fabrication des aliments industriels. Pour l’huile de palme, je ne saurai très précisément répondre, mais je pense qu’une fois que tu auras les étiquettes sous les yeux, tu pourras te renseigner et éventuellement faire des recherches. Cela doit être fastidieux au départ, mais une fois que tu auras tes répères tu seras quoi éviter.

      Okinawa ne pose aucun problème :).

      Encore une fois, je m’excuse d’avoir mis autant de temps. N’hésite pas à me contacter tout de même si tu as d’autres questions!

  3. Répondre

    Estelle

    30 décembre 2015

    Bonjour Marie,

    Merci pour cet article, c’est motivant de voir qu’on n’est pas la seule ^^
    J’ai aussi fait quelques recherches de mon côté, et j’ai trouvé ce magasin bio qui fait aussi restau/café. Il y en a un à Shinjuku http://www.lima.co.jp/ Si ça peut dépanner certain(e)s !

    PS : il me semble bien t’avoir croisée à la Coto Academy 😉

  4. Répondre

    Elodie

    10 mai 2015

    Bonjour !

    Article intéressant, j’ai appris beaucoup. Je suis végétarienne ici, et personne ne sait me renseigner… Cependant, pourquoi mettre Shizuoka dans les régions de provenance à maudire ? J’habite à Shizuoka, je n’irais pas manger du poisson du port de Yaizu (de toute manière je suis végétarienne), mais les terres cultivées sont bien loin de la zone sinistrée.

  5. Répondre

    Lealiola

    1 avril 2015

    Un article parfait pour moi, je viens d’arriver à Tokyo et je cherche boutiques et autres pour acheter des produits un peu plus varié pour manger végétarien. Merci!

    • ameliemarieintokyo

      1 avril 2015

      Je suis contente de pouvoir aider les nouveaux venus ! J’espère que tu trouveras ton bonheur :). Et si tu veux partager un repas végé un jour, n’hésite pas !

  6. Répondre

    Claire Renard

    8 février 2015

    Bon, je me permets de vous contacter directement sur votre site, ça sera probablement plus simple et évitera de spammer les commentaires d’antigonexxi… 😉
    Merci pour les infos de magasins bio et des kanji ‘interessants’ ;-), j’avais déjà quelques infos mais pas tout.
    Pour les restos végétali*iens, j’en n’ai testé qu’un seul (pas sur qu’il soit répertorié sur les sites internet d’ailleurs), à coté de la station nezu (Chiyoda line, plus ou moins en face du akafudado), couplé également avec un petit magasin bio. Perso je l’aime beaucoup !

    Sinon on peut se contacter par mails pour infos sur les légumineuses notamment.

    • ameliemarieintokyo

      11 février 2015

      Bonsoir ! Merci de ce retour, ça fait plaisir d’avoir des contacts de personne sur place pour échanger sur le sujet ^^. Pas de soucis pour les mails, dès que j’ai un poil de temps je te contacte !

  7. Répondre

    Stephanie

    2 février 2015

    Je travaille dans le bio a Tokyo 😉 Et je dejeune tres souvent a Dailys Fort. Le buffet a volonte du midi pour 1100 yens est pas mal du tout!
    Par contre au quotidien c’est un peu difficile… Je passe souvent a Natural House mais c’est assez cher.

    • ameliemarieintokyo

      11 février 2015

      Oh !? Dans le bio au Japon ? Je suis super intéressée par un témoignage alors (si tu as le temps et la patience de m’expliquer ce que tu y fais !).

    • stephanie

      12 février 2015

      Pardon je n’avais pas vu ta reponse, pas de probleme je t’ai sur twitter tu peux me contacter en MP? ce sera plus rapide! @_alicedelice_

  8. Répondre

    Johann Helminger

    2 février 2015

    Merci pour ces informations.

    Aussi, j’ajoute tais qu’en plus de ne pas se soucier de la qualité des aliments qu’ils consomment, les Japonais (enfin, « juste » la majorité d’entre eux) ne se préoccupent pas non plus de leur origine.

    Par exemple, sur la photographie illustrant le Marché jour de la terre ci-dessus, on y voit des Koringî (sorte de kabocha pouvant être mangés crus) produits dans la préfecture de Fukushima (c’est écrit sur la pancarte : 福島=Fukushima).

    Un certain nombre de produits bios (vendus dans mon supermarché) viennent de là-bas…

    • ameliemarieintokyo

      11 février 2015

      Oui … C’est un problème que je rencontre aussi fréquemment et qui me pose bien des soucis (quand tout ou presque est siglé Fukushima ou lorsque l’on a pas l’origine exacte …). Le plus problématique est aussi les sorties restaurants, car là, aucune traçabilité !

  9. Répondre

    Bérénice

    31 janvier 2015

    Oh c’est un article pour moi ça ^^ A Osaka, ma mère d’accueil était quasi-végétarienne. On ne mangeait pas de viande et très rarement du poisson. Si mes amis français étaient en manque de viande au Japon et se ruaient sur Mc Do, moi j’étais enchantée ! Par contre je n’ai jamais vu ces supermarchés bio et éthiques 😮 !!

    Au fait je ne sais pas si tu connais le jus d’herbe, j’avais acheté ça en pensant que c’était du thé et en revenant en France quelques années plus tard on en parlait à la télévision. C’est très riche en vitamines et minéraux. Le prix était correct au Japon mais ici les magasins bio et internet en profite bien (30€ le pot ! :s). Cette boisson me manque ^^

    • ameliemarieintokyo

      31 janvier 2015

      Je crois voir de quoi tu parles. Je le bois en été pour survivre à la chaleur ! Je n’ai que rarement croisé ces boutiques je dois avouer.

  10. Répondre

    Charlotte

    31 janvier 2015

    Je pensais que le Japon était l’un des pays les plus difficiles au monde pour être vegan ou végétarien. Dans le pays où je vivais, il y avait un resto vegan Japonais, tenu par un jeune couple Japonais. Ils nous disaient qu’il était difficile de trouver un plat végétarien au Japon, car la viande et le poisson sont partout (dans les sauces). Selon eux, si le client demande sans viande, le resto lui en file quand même, parce que sinon, le plat devient fade, et un resto ne peut pas présenter un plat qu’il juge fade, même si c’est une requête du client. Une question de culture parait-il. Je serais curieuse d’avoir ton avis sur cette affirmation. En tout cas, je trouve ton article très intéressant et réjouissant. Je rêve tellement d’aller au Japon !!

Commenter

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.