Au Japon, les parents doivent y regarder à deux fois avant de se décider sur les kanji, ces idéogrammes, composant le prénom de leurs chérubins. Car un choix malheureux peut rendre la vie de leur enfant difficile, ce, dès la scolarité jusque dans leur vie professionnelle.

Les prénoms étranges sont en pleine recrudescence au Japon, pays où la conformité fait loi et où l’on « tape sur le clou qui dépasse ».

D’après la loi civile japonaise concernant le registre familial, les parents japonais « doivent choisir des kanji faciles et communs pour le prénom de leur enfant ». Ainsi, le registre est limité aux kanji quotidiens (joyo) ainsi qu’aux kanji utilisés pour les noms des personnes (jinmei).

Cependant, la lecture de l’idéogramme n’est pas indiqué sur le registre.

Les parents sont donc libres de la choisir et de l’indiquer sur l’acte de naissance, à travers les trois systèmes d’écriture (kanji, hiragana, katakana).

Or être affublé d’un prénom étrange résultant d’une combinaison kanji / lecture peu commune, équivaut à faire face à de véritables barrières sociales, que cela soit à l’école, dans sa recherche de travail ou même dans les relations amoureuses.

Malheureusement, il semble que les parents japonais peuvent choisir presque n’importe quoi.

Exception faite de certains prénoms à la connotation jugée trop forte tel que Akuma (démon). En 1993, un officier de la ville de Akishima a refusé un acte de naissance déclarant ce prénom. Bien que les kanji utilisés appartenaient à la catégorie autorisée par la loi, l’officier a considéré qu’il y avait abus de l’autorité parentale.

Offusquée, la famille a poursuivi la municipalité auprès de la cour de justice de la famille de Hachioji et a remporté l’affaire. Heureusement pour le pauvre bébé, la ville a aussitôt lancé un appel. Les parents, usés, ont renoncé à leur choix de prénom.

Les noms « bizarres » aux yeux des japonais sont appelés kira kira names (version polie) ou DQN pour « dokyun names » (version péjorative).

Un prénom kira kira est un prénom brillant. Qu’on se comprenne, il s’agit là de faire remarquer qu’ils attirent le regard …

Les cas extrêmes 

希星(きらら) : Kirara (espoir et étoile)

絆星(きら) : Kira (liens et étoile)

来桜(らら) : Rara (venir et fleur de cerisier)

月(あかり) : Akari (lune)

天響(てぃな) : Tina (paradis, ciel et étoile)

緑輝(さふぁいあ) : Safaia (vert et brillant)

火星(まあず) : Maazu (feu et étoile: Mars)

葵絆(きずな) : Kizuna (trémière et liens)

姫星(きてぃ) : Kiti (princesse et étoile)

Les passables

泡姫(ありえる) : Arieru (lire Ariel) (bulle et princesse) … qui a le sens « employée d’un « soapland« 

美俺(びおれ) : Biore (beauté et pronom personnel masculin) marque de produit de beauté

姫凜(ぷりん) : Purin (princesse et tonifiant) qui se lit comme le « pudding » (flan) en japonais

恋恋愛(れんれこ) : Renrenko (amour, amour et amour)

祈愛(のあ) : Noa (prière et amour)

Des prénoms de moins en moins étranges 

於菟(おと) : Oto (à et lapin) Otto

茉莉(まり) : Mary (jasmin) Mary

不律(ふりつ) : Furitsu (non et ordre) Fritz

杏奴(あんぬ) : Annu (abricot et compagnon) Anne

類(るい) : Rui (genre) Luis

今鹿(なうしか) : Naushika (maintenant et daim) Nausicaä

七音(どれみ) : Doremi (sept et son)

Les inclassables

振門体(ふるもんてぃ) : Furumonti (balancer, porte et corps) aussi connu sous … The Full Monty

嘉緒翠(かおす) : Kaosu (heureux évènement, début et herbe fraiche) prononciation comme « chaos »

炎皇斗(かおす) : Kaosu (flemme, empereur et combat) « prononciation comme chaos »

芯次威(しんでぃー) : Sindi (noyau, à côté et influence) Sindy

美々魅(みみみ) : Mimimi (beauté, répétition, captiver)

愛保(らぶほ) : Rabuho (amour et garder) dont la sonorité se rapproche de « love hotel ». 

ララ桜桃(ららさくらんぼ) : RaraSakuranbo (lalacerise)

世歩玲(せふれ) : Sefure (monde, marcher, bruit de jade) mais dont la signification est … sexfriend.

亜成(あなる) : Anaru (second et complet) dont la prononciation est très proche de … anal.

去寿勢(こずい) : Kozui(feuille, heureux, energie) ※去勢 signifie « émasculation »

腸(ひろし) : Hiroshi (boyaux)

夢希(ないき) : Naiki (rêve et espoir) … se prononce comme la marque Nike. 

園風(ぞふぃ) : Zofi (jardin, vent)

麻楽(まら) : Mara (chanvre et confort), une autre manière de dire pénis en argot

本気(まじ) : Maji (sérieux) … Cette lecture est originellement de l’argot

皇帝(しいざあ) : Shiizaa (empereur) … Caesar

愛々(なでぃあ) : Nadia (amour, répéter)

総和(しぐま) : Shiguma (total, somme) et comme la lettre grecque « sigma » (Σ) 

馬周(ましゅう) : Mashuu (cheval, autour) Matthew

Des prénoms étranges durs à porter.

Le principal problème à l’école, et pas que, réside dans la méconnaissance des multiples lectures des kanji. Un choix inhabituel peut entrainer une mauvaise prononciation, une méconnaissance du sens ainsi qu’une confusion avec des mots à la signification lourde de conséquence, bien comprise par cette petite fille de 12 ans, interviewée par la télévision japonaise.

« Qu’est-ce qu’un adulte ? »

« Un adulte est une personne qui n’appelle pas son enfant par exemple « Riamu ». »

prénoms étranges au Japon

Finalement, le web japonais semble avertir les parents, souhaitant singulariser leurs enfants avec des prénoms différents. Les rendre « uniques » en somme. Mais il faut réfléchir aux difficultés créées par un prénom vraiment hors du commun.

« Mon prénom est un « prénom brillant.

Mon prénom est un prénom brillant. On dit que c’est un nom DQN. Je suis en deuxième année de lycée. Non seulement la lecture des kanji n’est pas normale, mais même en hiragana mon nom est impossible. Si quelqu’un m’appelle, tout le monde se tourne vers moi. »

Que pensez-vous de ces prénoms japonais étranges ?

ameliemarieintokyo

Éditeur web basée à Tokyo depuis 2013, travaillant dans la communication et le marketing. Passionnée d'écriture, de nature curieuse et sensible, j'apprécie particulièrement de mettre en scène mon quotidien nippon et de partager mon expérience de la société japonaise.

RELATED POSTS

8 Commentaires

  1. Répondre

    AmandineDismoimedia

    15 novembre 2014

    Certains sont en effet très poétique. En dehors des noms de famille et des combinaisons, existe-t-il de « vrais » prénoms, uniquement destinés à cet usage ?

    • Amélie-Marie

      15 novembre 2014

      Je ne suis pas sûre de comprendre. Est-ce à dire un prénom sans « sens »? (Encore que les prénoms ont tous plus ou moins une origine dans toutes les langues, mais Alice, Bertrand, Nicolas ne peuvent devenir des mots communs). Auquel cas je n’en suis pas sure. Les prénoms Satoru, Kaori, Sora sont de « vrais » prénoms, mais ils peuvent se retrouver dans la conversation courante en tant que mot (si c’était l’idée de la question). Pour un japonais la différence est évidente. À l’ecriture de l’idéogramme, on sait aussi en général que c’est le prénom, car l’association de kanji est réservée au nom propre tandis que le « mot » est écrit différemment. Ce n’est pas toujours le cas. Cependant les japonais utilisent de toute manière moins les prénoms que les noms de famille.

    • AmandineDismoimedia

      19 novembre 2014

      Merci pour ta réponse détaillée, tu as très bien compris ma question, c’est vrai qu’elle n’était pas très précise 🙂

  2. Répondre

    ifeelblue

    12 novembre 2014

    ce que j’adore, c’est les significations des prénoms, je trouve ça tellement poétique en fait… bon peut-être par pour « démon » ^^ mais « princesse + étoile » c’est tellement mimi comme sens 🙂

    • Amélie-Marie

      12 novembre 2014

      Oui ! En fait un prénom c’est 4 éléments à prendre en compte: la combinaison avec le nom de famille (sens / son / nombre de traits), la combinaison des caractères (sens / nombre de traits), la lecture et la signification (qui se retrouve un peu à tous les niveaux en fait). C’est un vrai casse-tête … chinois ! Vouloir faire original c’est bien, mais au pays du conformisme, tu risques vite de singulariser un peu trop ton enfant. Dans mon cas, l’enfant étant déjà half (mixité), il attirera un peu (trop) l’attention, et sera plus susceptible d’être victime de harcèlement scolaire (si on l’élevait au Japon). Alors je n’irai jamais l’affubler d’un prénom trop original!

    • ifeelblue

      13 novembre 2014

      ouais ça fait beaucoup… BEAUCOUP de choses à prendre en compte, effectivement! et puis c’est toujours le même truc, tu veux le mieux pour ton enfant, tu veux pas lui coller un handicap avec un prénom ridicule ou quoi… j’ai du mal à comprendre les parents qui font ça, qui savent que leur enfant va être le sujet de moqueries, etc, mais qui ne voient que leur désir d’originalité.

  3. Répondre

    Béné

    12 novembre 2014

    Noa ou Akari ne me choquent pas (ça doit plus être une histoire de kanji). Il y a un prénom que j’adore : Kisora (希空). Ce n’est pas un kirakira name (par contre Noa l’est, avec les même kanjis) mais en français ça donne « qui saura » et c’est vraiment pas terrible (à moins de l’orthographier Kisola).
    Sinon j’adore les prénom avec le kanji d’étoile dedans comme celui de ma collègue qui s’appelle Seina (星七).

    En général les parents ne pensent pas au futur de l’enfant et c’est dommage…

    • Amélie-Marie

      12 novembre 2014

      C’est à la fois kanji et prononciation. Je pense – dans mon cas – que ce n’est pas évident de réaliser ce qui peut être bizarre. La petite que j’avais gardé, son 2eme prénom était Hanako. Tous les japonais à qui je l’ai évoqué étaient choqués de ce choix pour une petite fille (peu usité et forte connotation), alors que je trouvais ça très mignon.

      Dans la même veine que ton Kisora, j’aime beaucoup « Chiaki », « Chie », de manière générale, ceux qui commence avec cette syllabe. Or tu imagines bien en français… 🙁

Commenter

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.