Vie quotidienne à Tokyo #2 Mon nouveau boulot

Nouveau boulot

Cela fait bientôt 2 semaines que j’ai commencé à travailler chez GPlusMedia et que j’évolue dans un chouette open office de près de 40 personnes. Qui dit nouveau boulot dit aussi nouveau rythme de vie, nouveau quartier à découvrir et plein de super rencontres.

Les premiers jours ont été difficiles. C’est la première fois que je suis confrontée au travail en open office. J’ai bien eu quelques rapides expériences, mais toujours en CDD très courts donc sans réellement m’attacher au lieu. Cette fois-ci, j’ai « mon bureau », « mon ordinateur ». Probablement « ma chaise » mais qui sait, peut-être qu’ils s’amusent à se les échanger !

Nouveau boulot

L’open office offre un environnement de travail à la fois distrayant et à la fois… Un poil stressant. Je trouve vraiment super sympa de voir tout le monde bien s’entendre et échanger. C’est aussi assez chouette de pouvoir faire appel à des collègues et de discuter lorsqu’on a un doute ou lorsque l’on bloque sur un sujet particulier. Côté lumière, c’est absolument parfait. Avoir des fenêtres qui s’ouvrent sur cette grande pièce me change totalement de mon précédent bureau. C’est aussi très vert avec des grandes plantes et puis chacun arrange un peu son bureau à sa sauce.

En revanche, je souffre du bruit ! Jusqu’ici j’ai toujours bénéficié d’un cadre de travail calme, me permettant de me concentrer sur ma tâche en cours. Je dois me faire aux conversations des uns, aux coups de téléphone des autres et à l’ambiance sonore de bureau. Honnêtement, je réalise que c’est très certainement une question d’habitude. Je pense que si je ne m’y habitue pas, il me suffira de me procurer un casque anti-bruit. Certains de mes nouveaux collègues aiment écouter de la musique lorsqu’ils travaillent. Je les envie beaucoup parce que je n’en suis pas capable. J’ai bien essayé une journée mais j’ai fini épuisée et je n’ai pas réussi à dormir le soir (la musique tournait en boucle dans ma tête). La loose.

Mon nouveau boulot consiste à promouvoir l’apprentissage du japonais au Japon à travers un réseau d’écoles aux profils différents, offrant des méthodes d’enseignement variées. Il existe un grand nombre d’écoles de japonais dans tout l’archipel et je suis hyper impatiente de mieux les connaître. J’ai pu en visiter trois à Tokyo ce qui est déjà bien pour mon premier mois ! Je dois aussi me mettre à jour côté visas et immigration. J’ai appris déjà pas mal d’informations essentielles sur cette procédure dont je ne soupçonnais pas la complexité. Communiquer et aider les autres c’est vraiment ma passion, aussi je suis super contente de pouvoir aiguiller les étudiants, les aider dans leur inscription et leur démarche. Je ne suis pas vraiment passée par l’étape visa étudiant au Japon, mais je réalise que sauter le pas peut être assez angoissant. En donnant plein de conseils, j’espère avoir facilité le sommeil de certain(e)s !

Nouveau boulot

Côté quartier, je suis désormais tout près de la Tour de Tokyo. C’est fantastique, je ne l’avais jamais vue d’aussi près ! Le coin est aussi calme et plutôt agréable. En revanche, je me retrouve dans le quartier à expat’ de Tokyo, au milieu des ambassades et pas loin de l’American Club. Qui dit expat’ dit restaurants un peu plus chers que la moyenne et supérettes outrageusement chères. Je n’ai pas encore eu le temps de vraiment explorer, mais mes options pour manger le midi me semble un peu limitées. Heureusement, nous avons une cuisine et un vrai espace pour déjeuner. D’ailleurs, j’apprécie beaucoup de ne plus me retrouver à manger devant mon ordinateur.

Pour le moment, je prend la ligne Namboku (南北, Sud – Nord) qui n’est pas trop bondée malgré le passage par des quartiers d’affaires importants. Cependant j’ai l’espoir de pouvoir faire le trajet en vélo. De chez moi à mon nouveau boulot, le trajet fait un peu moins de 6 kilomètres. J’ai tenté une première fois et j’ai eu quelques petites frousses.

Une galère majeure est que mon trajet coïncide avec des lignes de bus. Le bus, c’est l’ennemi ultime du cycliste. On utilise le même côté de la route et avec ses arrêts fréquents, le bus est dangereux pour les deux roues. J’ai aussi découvert le concept de la piste cyclable qui fait 50 mètres et donne sur le néant en court de route. Paf, plus de piste de cyclable. On se retrouve à gêner les piétons et parfois à ne pas pouvoir revenir sur la route… Du coup, je n’ai pas eu le courage de retenter l’expérience…

Demain peut-être !

ameliemarieintokyo

Née en 1988, dans la région nantaise, baccalauréat littéraire. Études juridiques: M1 droit économique communautaire et international, M2 Droit Maritime. DUT de Français langue étrangère. Addiction: littérature, journaux, cinéma (Ozu, Kurosawa), voyager.

RELATED POSTS

7 Comments

  1. Répondre

    Maye

    14 février 2018

    Ça a l’air super chouette ! Félicitations <3 Par contre, tu m'étonne, je ne savais pas que les japonais connaissais le concept de piste cyclables xD
    Petite question en passant, tu sauras peut-être me répondre : sais-tu ou je pourrais m'adresser pour prendre des cours de japonais à Osaka (nord, j'habite Toyonaka) sachant que 1- je vis déjà au Japon et je n'ai aucune utilité d'un visa et que 2- je suis maman d'une petite fille d'un an et demi que je ne sais pas faire garder. Jusque là j'assiste a des "cours" donnés par des associations de ma ville mais je ne progresse pas c'est affolant… Les quelques école que j'ai pu trouver n'ont l'air de s'intéresser qu'aux élèves qui vivent à l'étranger qu'elles pourraient sponzoriser…

    • ameliemarieintokyo

      18 février 2018

      Bonjour ! Ils connaissent le concept, mais l’application laisse à désirer… Hmm, à Osaka nous travaillons avec Japanese Communication International School (JCIS). Étudier dans une école de japonais peut te permettre dans certain cas d’être prioritaire pour une place en garderie, mais il faut voir si les horaires des cours / horaires de garderie collent. Et puis tu as peut-être plus envie de flexibilité ? Certaines écoles proposeront aussi des cours par Skype, c’est peut-être plus flexible pour toi. Je vois qu’un commentaire t’a fait une recommandation, j’espère que cela te dépanne 🙂 !

  2. Répondre

    otax

    15 février 2018

    Bonjour,

    Merci pour votre blog Amelie-Marie, et bonne continuation dans votre nouveau poste !

    > Maye
    Pour ma part j’étais à Osaka en 2015 en cours ici, et c’était super bien !! (J’ai témoigné).
    https://www.ccfj.com/fr/temoignage.html

    • ameliemarieintokyo

      18 février 2018

      Bonjour et merci beaucoup ! Merci aussi d’apporter une aide à Maye 🙂 c’est vraiment super sympa de partager votre témoignage !

  3. Répondre

    Rémi PESTRE

    15 février 2018

    Coucou,
    Je prends aussi la ligne Namboku, et je peux te garantir qu’elle est bondée, pleine à craquer même. On ne l’emprunte peut être pas dans le même sens, ni aux mêmes horaires…

    Je te souhaite bon courage pour l’open space. C’est vrai que s’il y a des appels tėléphoniques celà peut vite devenir insupportable. Certaines entreprises ont recours à du bruit blanc, genre un bruit de ventilation en continu, qui masque un peu le bruit ambiant.
    La solution de mettre des écouteurs et d’écouter de la musique est, je pense, à réserver à certains jours importants où tu dois absolument te concentrer. Mais au quotidien, celà te prive d’interactions avec tes collègues, et tu ne bénéficies plus des avantages de l’open space…

    Bonne continuation.

    Rémi

    • ameliemarieintokyo

      18 février 2018

      Salut ! Cela ne doit pas être les mêmes horaires et sens :). Je la prends entre Ichigaya et Azabu, vers 8h45 et dans l’autre sens entre 17h10 – 18:00. Je pense aussi que le wagon dans lequel tu montes joue. J’ai vu des wagons plutôt tranquilles tandis que le reste du train est pas mal plein !

      Merci 🙂 oui, je suis tout à fait d’accord, il faut que je puisse communiquer ! Mes collègues le font tous les jours et du coup (les écouteurs), c’est un peu l’appréhension quand je dois leur parler. Je vais à côté de leur bureau en espérant qu’ils réalisent que quelqu’un souhaite leur parler et qu’ils enlèvent leurs écouteurs :D.

  4. Répondre

    Pierre carl sur FB

    16 février 2018

    Je suis fier qu’une Française apprenne je japonais aux Japonais. C’est une initiative très brillante et certainement unique au monde. Soit prudente lors de tes déplacements. J’ai aussi travaillé dans un , bureau plateau le mobilier séparatif faisait 1,20 m de haut, et au niveau du bruit c’était l’enfer, pas moyen de me concentrer sur mon travail….
    Amitiés, Pierre

Envie de réagir?