C'est sans doute l'un des quartiers que je préfère lorsqu'il s'agit de flâner tant il a une atmosphère bien à lui. Akihabara, ancien quartier de l'électronique en mutation, est certainement à faire si vous visitez Tokyo, ne serait-ce que sa rue principale à proximité de la gare.

Si vous appréciez l’animation japonaise, les mangas ainsi que l’électronique, vous connaissez sans conteste le quartier Akihabara. Ancien quartier phare de l’électronique au Japon, il est connu pour ses pièces détachées d’ordinateur et ses petites échoppes où l’on trouve tout et n’importe quoi. De très grandes chaines SoftmapYodobashiLabi s’y concurrence pour vous vendre des gadgets dernier cris et de plus en plus, des souvenirs destinés aux touristes.

Mais Akihabara, c’est aussi (et avant tout ?) le temple de la culture moe, un néologisme japonais se référant à la culture du manga, de l’anime et du jeu vidéo. Vous y trouverez donc de nombreux maids cafés, des affiches géantes montrant de jeunes filles en robes et beaucoup de produits dérivés de titres connus.

Akihabara

Bienvenue à Akihabara

Akihabara ou encore Akiba, de son petit nom, est très facilement accessible avec la ligne Yamanote. Pour entrer dans le coeur du quartier de l’électronique, il faut s’aventurer du côté de la sortie Akihabara Electric Town.

C’est l’histoire de l’après-guerre qui lui a donné ce surnom. Détruit durant la Seconde Guerre Mondiale, le quartier se repeuple grâce aux techniciens et ingénieurs de l’époque qui se retrouvent dans cet endroit précis de Tokyo en raison de sa proximité avec les usines japonaises de l’époque ainsi que son excellente accessibilité.

Ce point de ralliement des férus d’électronique marque l’apparition des premières boutiques et étalages pour vendre des appareils électroniques (principalement des radios ainsi que des autocuiseurs). Arrive le boum de l’électroménager dans les années 1960, qui permet à Akihabara de monter en puissance. C’est l’apparition de l’informatique dans les années 1980 qui consacre Akiba comme le marché du tout électronique à des prix défiant toute concurrence.

Akihabara

Être soi

Mon petit ami japonais aime beaucoup ce quartier à mille lieues de la mode et des apparences. Akihabara est totalement l’opposé de Shibuya, Roppongi, Ginza ou Minato, ces lieux consacrant la richesse, la mode, et la séduction. À Akiba, le mot d’ordre pourrait être « venez comme vous êtes ». Car ce qui compte, plus que les apparences, ce sont les passions (animation, jeux vidéo, manga…).

Un fourre-tout de tout

Les grandes enseignes de l’électroménager japonais se répèrent bien vite, avec des panneaux publicitaires  immenses, des jingles qui se déversent sur le trottoir et des vendeurs à la criée devant leurs grandes entrées. Dans les rues parallèles vivotent des boutiques plus petites, hyper spécialisées. Malheureusement, ce quartier à la popularité croissante pour le tourisme est en mutation. La montée des prix immobiliers entraine une fermeture accélérée de ces lieux mythiques au profit de plus grandes enseignes et de bureaux modernes.

Malgré les mutations qu’il traverse, Akihabara est encore un quartier où l’on peut dénicher absolument de tout, des pièces détachés aux accessoires les plus pointus. C’est un bon quartier pour y faire des achats détaxés.

La culture Moe et les idoles

Au Japon, il semble qu’électronique aille de pair avec la culture moe. Cette dernière s’est implantée aux côtés des magasins d’ordinateurs pour vendre manga, animation et jeux vidéos. Beaucoup de maids cafés, ces cafés où de jeunes femmes habillées en servantes vont particulièrement prendre soin de leur clientèles, s’y sont aussi installés. Impossible d’échapper à la publicité visuelle (et auditive) omniprésente : affiches, chansons, flyers, maids qui vous attendent dans la rue menus en main.

Dernier point, le plus fameux groupes d’idoles japonaises, les AKB48, y ont aussi leur café et salle de concert.

  • Faire des achats à Akihabara

Avec l’augmentation du tourisme au Japon, faire ses achats à Akihabara est devenu vraiment très facile. Beaucoup d’employés parlent désormais anglais et des comptoirs dédiés à la détaxe des achats sont clairement indiqués. Finalement, le plus pénible est surtout de naviguer dans ces grands magasins lors des heures de forte affluence.

Si vous faites de gros achats et passez par un vendeur, vous pouvez toujours essayer de tâter le terrain pour marchander. On pense à tord que ce n’est pas dans la culture, mais si le montant de la facture est salée, vous pourriez recevoir soit une ristourne soit un cadeau (un accessoire par exemple). Cependant, le marchandage n’est pas agressif au Japon. N’insistez pas si le vendeur décline toute possibilité de le faire, c’est qu’il a ses ordres.

En ce qui concerne la détaxe, elle n’est possible que si vous êtes au Japon en tant que touriste et il faut le signaler avant le passage à la caisse, car une facture spéciale sera créée et agrafée dans votre passeport.

  •  Vendre à Akihabara

Les grandes boutiques ont des comptoirs de reprises de produits d’occasion. J’ai eu l’occasion de le faire avec Sofmap. Pour le coup, mieux vaut parler japonais afin de pouvoir remplir les papiers. Selon les produits que vous revendez, il faut parfois un minimum de 24 heures pour qu’ils finissent l’évaluation de leur qualité.

Il est préférable d’amener un appareil remis aux configurations usine avec un maximum d’accessoires (voir leur boite si vous avez). Les produits achetés hors Japon sont repris, mais les prix seront inférieurs (claviers, incompatibilité des prises de chargement etc.).

Ils reprennent à peu près tout, ce qui est très pratique si vous voulez vous débarrasser de vos appareils ou que vous avez besoin d’un peu d’argent.

  • Manger à Akihabara

Pas de risque d’y mourir de faim ! Vous y trouverez beaucoup de restaurants, de cafés et même des stands de rue, vendant un large choix de cuisine. Tant que faire la queue et être dans un lieu très bruyant ne vous rebute pas, vous trouverez votre bonheur. En passant par les ruelles, vous trouverez facilement des petites échoppes, très tranquilles, probablement plus abordables.

  • S’amuser !

S’il y a bien une raison de venir à Akihabara, c’est pour profiter des très nombreuses salles d’arcades de jeux ! Si je boude assez vite les jeux, ne sachant trop m’en sortir, j’adore dépenser quelques pièces avec les UFO catchers, ces machines à pince remplis de produits dérivés de l’animation japonaise.

akihabara

RELATED POSTS

Partagez vos impressions, idées et expériences avec moi :)

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.