Hier soir, alors que je m'amusais à faire tourner mon mari en bourrique, il m'est venue une idée intéressante : celle de lui prêter ma plume pour qu'il s'exprime sur ces traits de caractère français typiques qui le rendent fou.

Avant que vous ne me jetiez des pierres, bien sûr que mes traits de caractère viennent de mon individualité, de mon histoire et de ma personnalité. Ainsi, je ne saurai, à moi seule, représenter la France et les français, tout comme les français que mon mari a croisés ne sont pas non plus nécessairement représentatifs de la somme des français. 

(Sue à grosses gouttes.)

Mais voilà, je dois admettre que, sans vouloir offenser personne avec quelques malicieuses généralités, nos traits de caractère découlent tout de même de la culture dans laquelle nous avons grandi. 

Amélie : Mon chéri, si je te demande ce qui chez moi te fait perdre la boule, tu me réponds…

Le mari, en train de cuisiner, ne prend même pas une seconde avant de répondre : 

« Il n’y a pas un seul jour sans que je ne t’entende te plaindre de quelque chose. Littéralement, absolument tous les jours, il faut que tu donnes ton opinion sur tout et n’importe quoi. C’est complètement fascinant.  

D’ailleurs, pour moi, les français ont tendance à dire tout ce qu’ils pensent et semblent vraiment peu ouverts au compromis. Ce que j’entends, dans vos conversations, c’est « oui, mais… », « non, mais… », « c’est bien, mais… », « j’aime mais… ». En fait, vous trouvez toujours quelque chose à redire sur tout. Mettez deux français dans une pièce et ça finit en débat. »

Amélie : Le débat, c’est un sport national. Que veux-tu, je râle… Mais, c’est génétique. N’est-ce pas ce qui t’a plu chez moi ?

« Au début, j’étais choqué de voir quelqu’un s’exprimer sans prendre des pincettes et balancer ses opinions l’air de rien.

Néanmoins, je crois que passé ce choc, ça m’a surtout impressionné, cette absence de peur de dire ce que l’on pense tout haut. Je crois que cela m’a permis de changer, de développer mes propres opinions et surtout, de les exprimer. Au fond, peut-être est-ce plus sain que le tatemae* japonais ? »

*Tatemae : visage public, façade que l’on donne à voir sans révéler ses vraies opinions afin de ne pas briser l’harmonie sociale.

Amélie : C’est plutôt un bon point pour nous alors.

« Oui, sans doute. Dans la même veine, ça me rend fou à quel point vous pouvez tout vous raconter, là, les frenchies. Il ne peut pas se passer un truc sans que tu envoies un message à tes copines, à ta mère ou ta soeur. Lorsque vous êtes ensemble, vous n’hésitez pas à parler de vos émotions et de vos sentiments à coeur ouvert, pourtant c’est super intime ! Les français sont les pro du porno du sentiment ! C’est dé-gueu-las-seuh.

Il rigole tout de même un peu. 

Amélie : Dis donc, la fois chez tes parents où t’as balancé à l’aise, Blaise pas trop de riz pour moi parce que j’étais constipée, c’était pas faire étalage de ma vie privée ?

« Mais ça n’a rien à voir ! C’est le corps, le corps, ça va, c’est normal ! ». 

Amélie : C’est ça, deux poids, deux mesures… Bon, y-a-t-il d’autres traits français que tu trouves agaçants ?

« Votre concept de la ponctualité me dépasse. Un jour, j’étais invité à une soirée et c’était marqué à partir de 17 heures. Je suis arrivé à 16h50, mais aucun invité n’était là. Je me rappelle, une allemande est arrivée peu après moi et notre hôte français n’en revenait pas. Il nous a demandé pourquoi nous arrivions si tôt… Mais nous étions à l’heure, nom de nom !

Du coup, les français faisaient encore la cuisine, alors j’ai mis la main à la pâte. Maintenant, je sais comment cuisiner une quiche et je sais aussi qu’une soirée française, ça commence plutôt 2 heures après l’heure donnée. Pourquoi, je ne le sais pas, ça n’a pas de sens, mais vous êtes comme ça. »

Amelie : Quelle idée d’aller à une soirée à 17  heures aussi. Cependant, moi, je suis plutôt ponctuelle, non ? 

« C’est parce que toutes les horloges numériques de la maison sont avancées de 15 minutes. »

Amélie : Quelle mauvaise foi !

« Ah, ah, ah, un petit peu, un petit peu. Grace à toi, j’ai appris à être plus détendu et à prendre le retard avec philosophie. »

Amélie : Caractère trempé, étalage émotionnel, quart d’heure de retard national. J’imagine que le prochain point va être notre dédain pour les règles ?

« Ah ça, je trouve que vous en faites beaucoup à votre tête, oui. Regarde, tu traverses au feu quand c’est rouge, tu gares ton vélo là où il ne faut pas… Bon, je sais, les japonais aussi. Et c’est vrai aussi que toutes les règles ne sont pas pertinentes…. Mais un peu plus de, hum, disons d’ordre, ne serait pas trop mal. Les files d’attente, en France, c’est le chaos ! »

Amélie : Tu sais ce que criaient les français en mai 68 ?

« Non ? »

Amélie : Il est interdit d’interdire !

« … »

Il a fini la soupe miso et s’attaque maintenant à la salade. Visiblement, il mûrit son prochain commentaire. 

Amélie : Tu sembles avoir envie de parler d’un autre trait de caractère ?

« Eh bien, peut-être est-ce là revenir sur le premier point, mais tu as le jugement facile. Cela va sans doute de pair avec avoir son opinion, mais globalement, je pense que les français vont facilement dire ce qu’ils pensent des autres, y compris négativement. Je sais bien que vous êtes les premiers à vous moquer de vous-mêmes, à faire de l’ironie et du sarcasme. Mais pour les japonais, c’est assez agressif. Nous avons du mal à dissocier la critique de l’essence de notre personne. 

D’ailleurs, tant qu’on parle de jugement… Qui a fait de vous la fashion police du monde ?! »

Amélie : La fashion police

Il se retourne, la cuillère en bois dans la main et l’air vindicatif. 

« Je mets des chaussettes dépareillées avec mes sandales et je rentre mon pull dans mon jeans si je veux d’abord ! »

Amélie : … 

« Et puis vous mangez du fromage qui PUE comme mes pieds et pire, vous ne le mettez pas au réfrigérateur. Ce n’est pas civilisé du tout ! »

Amélie : Eh, oh, les traits de caractère passent encore, mais pas touche au camembert ! 

 

Si votre partenaire est étranger.ère, quels traits de caractère français le.la font tourner en bourrique ?

 

ameliemarieintokyo

Éditeur web basée à Tokyo depuis 2013, travaillant dans la communication et le marketing. Passionnée d'écriture, de nature curieuse et sensible, j'apprécie particulièrement de mettre en scène mon quotidien nippon et de partager mon expérience de la société japonaise.

RELATED POSTS

27 Commentaires

  1. Répondre

    Laurent-alain

    17 mars 2019

    Bonjour,
    Je découvre votre blog ce jour. J’apprécie votre style et vos propos. Je suis Français et mon épouse est Japonaise. Il y a beaucoup de similitudes dans ma relation de couple que vous exprimez dans cet article. Actuellement nous vivons en France, mais le projet de vivre au Japon est d’actualité…

    • ameliemarieintokyo

      19 mars 2019

      Bonjour, merci beaucoup pour votre commentaire très gentil ! Si vous prenez la décision de venir vous installer au Japon, je vous souhaite bon courage pour cette installation qui sans doute, apparait d’abord un peu compliquée entre les papiers et les affaires à emmener !

  2. Répondre

    Maïté

    2 mars 2019

    Excellent ! Pour être allée au Japon il y a quelques mois, cela ne me surprend pas les remarques de ton compagnon.
    Bon, sauf pour le retard car on est très ponctuels dans ma famille.
    Le côté « on se plaint/on juge/on critique » est quelque-chose que je n’aime pas du tout. C’est notamment pour ça que j’adore vivre dans les pays anglosaxons.

    • ameliemarieintokyo

      2 mars 2019

      Merci de ton retour ! La ponctualité semble faire débat, donc peut-être que le monde se met le doigt dans l’oeil sur le sujet… ;). Les anglo-saxons me semblent plus détendus et ouverts, il est vrai !

  3. Répondre

    tetoy

    28 février 2019

    Ahahahahah il a tellement raison XD
    J’avais l’impression d’être spectatrice entre vous d’eux tellement c’est raconté comme tel. J’adore.

    • ameliemarieintokyo

      2 mars 2019

      Merciiii ! :3

  4. Répondre

    Damien

    28 février 2019

    En fait, comme tu le dis toi-même au début de ton article cela dépend vraiment de chacun. En plus de la différence homme/femme, la France est un pays très multiculturel par rapport au Japon très homogène. Cela joue vachement sur le fait qu’on est pas mal différents, même entre français. Ce que ton mari te liste il y a beaucoup de choses que je pourrais aussi attribuer à ma femme japonaise. Elle râle plus, elle est moins ponctuelle, elle parle limite tout les jours à sa mère etc. Donc est ce que je peux en conclure que c’est des traits féminins? On est d’accord que non. Après ma femme est très « européenne » et me répète souvent que je suis plus japonais que les japonais parfois. On doit pas être trop représentatif.

    • ameliemarieintokyo

      28 février 2019

      Le « tu es plus japonaise que les japonaises » j’y ai eu le droit aussi sur certains comportements que j’ai fini par adopter :). Comme quoi les généralités… Ont bon dos ! C’était drôle d’avoir cette conversation, mais c’est fort juste, ces remarques sont la somme des expériences personnelles vécues au contact de ceux que l’on a croisé. Les généralités ne sauraient, en fin de compte, être forcément très représentatives – ou du moins, pas de tout le monde ! Par contre, cela fait toujours sourire et peut amener à discuter sur notre perception des comportements culturels. Vaste sujet !

  5. Répondre

    Sharon

    28 février 2019

    Je compte bien faire un interrogatoire précis comme tu l’as fait, mais je confirme que les débats incessants et l’insatisfaction générale des français, Adjo me les a déjà sortis. A rapprocher de notre mal-être national ?

    Je trouve les propos de Satoru sur le « porno du sentiment » assez forts ! Tu peux approfondir ? Parce que je te vois pas non plus t’étaler ouvertement sur des sujets intimes ou embarrassants, du coup je vois pas trop ce qui le choque ?

    Le rapport décomplexé au corps je sais pas si c’est typiquement asiatique mais c’est valable pour les indonésiens aussi. Avec des conséquences assez surprenantes au quotidien pour les français. Ex 1 : retenir de l’air à l’intérieur de soi c’est pas bon, donc on évacue sans honte aucune. Aucun problème pour les rototos en public. Ex 2 : certaines pratiques religieuses musulmanes ne sont pas effectuées par les femmes quand elles ont leurs règles. Donc typiquement pendant le Ramadan, si quelqu’un voit qu’une femme ne jeûne pas, il va lui demander si elle a ses règles. C’est là que tu te rends compte que c’est tabou pour nous =D

    Par contre le quart d’heure français (pourquoi quart d’heure d’ailleurs ?) ça me rend folle aussi.

    Bisous à vous de Naoned

    • ameliemarieintokyo

      28 février 2019

      Salut ! Je ne sais pas si c’est à rapprocher de notre mal-être, mais sans doute d’une habitude que les français ont de se regarder sévèrement (je trouve).

      Eh bien, faire un calin à ma mère en public, dire que je l’aime, partager une de nos disputes de couple avec ma famille ou dire qu’il n’est pas bien au travail, par exemple, ça le met mal à l’aise, comme si c’était de l’exhibition. Tout comme lorsque je le pousse à se poser des questions sur « comment va (réellement) sa soeur/sa mère/son père ». Il ne veut pas aller au delà des platitudes d’usage, parce qu’il trouve que ça touche trop à la sphère intime individuelle. J’espère que ça t’aide à y voir plus clair ? C’est vrai que c’est un peu étrange et je ne saurai trop où mettre le curseur, mais l’émotionnel semble très tabou.

      Je crois bien que c’est assez asiatique et lâcher ses rots en public semble tout à fait normal (encore que les japonais le font avec une relative discrétion, mais cela ne choque personne). J’ai aussi réalisé que les histoires de toilettes ou du corps en général sont totalement décomplexées au Japon alors que moi, ça me met très mal à l’aise y compris si je dois voir le médecin (ce qui est bien bête au final !).

      Bisous de Tokyo !

  6. Répondre

    Michaël

    27 février 2019

    Merci beaucoup pour ce très bon article ! Nous avons des amis japonais et sommes très attentifs à nos différences pour être sûrs de ne pas les froisser sans nous en rendre compte. C’est très enrichissant de confronter nos réactions diamétralement différentes, de tenter de les comprendre (parfois sans succès), mais souvent aussi magique de voir que la relation se fait malgré toutes nos différences et que nous avons même des points communs !

    • ameliemarieintokyo

      28 février 2019

      Merci beaucoup pour ce beau témoignage 🙂 Je suis bien d’accord, c’est toujours une expérience enrichissante que de faire attention et de comparer en réfléchissant à nos habitudes et nos comportements.

  7. Répondre

    Pauline

    27 février 2019

    Ahah merci pour ces fous rires. Le final est juste magique.

    • ameliemarieintokyo

      28 février 2019

      Merci beaucoup 😉

  8. Répondre

    Karine

    27 février 2019

    Ah ah ah j’aimerai voir ce que dirai un.e italien.ne marié à un.e japonais.e 😀

    Ceci dit, nous c’était une américaine qui nous a dit un truc qu’elle trouvait dingue en France (je bosse dans un cadre international en France). Elle trouvait fou que des français puissent :
    1) Parler de bouffe à table (et en tout temps d’ailleurs)
    2) Débattre au sujet de la bouffe (exemple d’un débat pour savoir ce que l’on va préparer à manger le dimanche)
    3) Réflechir plus de 1 jour au menu d’un jour précis 😀

    • ameliemarieintokyo

      28 février 2019

      Ah ah ah ! Les américains avec qui je travaille ont fait ce genre de remarque aussi. Je trouve qu’ils manquent un peu de raffinement culinaire justement (manger vite, comme si c’était une corvée, privilégier le fast-food plutôt que la qualité…). Sur ce point, je crois que les français et les japonais se rapprochent beaucoup. Mon mari est toujours impressionné dès qu’il croise des espagnols ou des italiens, de voir à quel point ils parlent vite, sont expressifs et envahissent quelque peu « l’espace vital » des autres x).

  9. Répondre

    Chloé

    27 février 2019

    Vivant pour le moment dans le sud de la France, mon mari japonais ajoute à cette belle liste le manque d’amabilité et de sérieux des employés du service public français ainsi que l’état déplorable des trottoirs (« Pourquoi est-ce que les propriétaires de chiens ne ramassent pas les crottes !? Pourquoi les fumeurs jettent-ils leurs mégots par terre ? »).
    Les Français parleraient (voire crieraient) trop fort dans les lieux publics (dans leur téléphone ou ailleurs) et se mettraient en colère facilement…

    • ameliemarieintokyo

      28 février 2019

      Bonjour ! J’avoue que l’état des trottoirs me choque à chaque fois que je rentre. Côté mégots, par contre, Tokyo n’a pas trop de leçon à donner (malgré les espaces fumeurs strictement indiqués). Les propriétaires de chiens auraient certainement beaucoup à apprendre des japonais qui se baladent avec leurs pochons et spray pour nettoyer. Cela devrait être la norme ! Oui, je pense aussi que nous sommes plus caractériels, nous n’en avons pas parlé, mais maintenant que je le lis, je me rend compte que cela aurait été un bon point. Merci de ce retour en tout cas, c’est super sympa de recevoir des avis de couple franco-japonais !

  10. Répondre

    crisitane

    27 février 2019

    D’abord, c’est pas vrai. Je suis française et ponctuelle ! Pour le reste, j’évite de dire ce que je pense et surtout de critiquer. Je ne connais pas tous les tenants et aboutissants, alors … Je mets mon fromage au frigo mais je le sors 30 mn avant le repas. Entendre dire par mon mari à des tiers que je suis constipée … c’est pire que le pire !!!
    Bon, je passe au feu rouge quand il n’y a personne et je traverse n’importe où quand il n’y a pas de danger, c’est vrai. Et les règles ne valent que lorsqu’elles sont pertinentes.
    Mais je reconnais voir et entendre tout cela autour de moi.
    Amicalement

    • ameliemarieintokyo

      28 février 2019

      Ah, ah, heureusement que nous sommes tous différents et que les généralités sont bien ce qu’elles sont : des impressions tirées des expériences que nous avons eu et qui ne reflètent pas nécessairement la réalité du groupe.

  11. Répondre

    Nina

    27 février 2019

    Mon copain est coréen et je crois que sur le point de « toute discussion part en débat » il serait d’accord haha. Le pire c’est que personnellement je ne m’en rends compte. On parle et ça rebondit sur un sujet d’actualité (ou non d’ailleurs) et il est là « oooh nOooOoOOoon pitié je suis fatigué pas de débat » alors que moi de mon côté c’est une discussion tout à fait innocente. La tendance à la critique aussi (sur des sujets, pas juste se plaindre pour rien) pour moi aussi cela veut plutôt dire échanger des opinions et essayer de creuser un sujet plus en profondeur. C’est fou mais ça peut vraiment créer des tensions!! Car ce qui pour moi est simplement une discussion tranquille pour l’autre il a l’impression de faire le grand débat présidentiel. D’un côté pour moi ce n’est que le fait d’échanger des idées, ça me parait le cheminement naturel quand on discute! Mais bon j’essaie de mieux contrôler le petit démon du débat en moi.

    • ameliemarieintokyo

      28 février 2019

      Bonjour Nina, c’est très intéressant de découvrir des similitudes avec un partenaire coréen :). Oui, c’est tout à fait cela, ce que nous exprimons (par besoin et parce que cela nous est naturel) passe pour des plaintes constantes qui peuvent agacer voir fatiguer. J’ai essayé de me contrôler aussi (genre « pas plus de 3 débats par jour » ou « éviter un peu les critiques trop négatives dans une même journée »)… Peine perdue ! Chassez le naturel, il revient au galop. Il s’y est fait et quand vraiment il en a marre, il me fait signe qu’une petite pause ne serait pas de trop :). Côté débat, finalement, il s’y est mis (et c’est moi qui fuit, parce qu’il veut toujours avoir raison !).

  12. Répondre

    FRANCOIS COUILLAUD

    26 février 2019

    Mon épouse à moi est Japonaise et nous sommes ensemble depuis plus de 25 ans déjà !
    Les observations de ton mari sont tout conformes en tous points à celles de mon épouse 🙂
    Et même si je sais tout ça, cela me fait un bien fou de savoir que je ne suis pas le seul à m’en étonner encore parfois.

  13. Répondre

    FRANCOIS

    26 février 2019

    Mon épouse à moi est Japonaise et nous sommes ensemble depuis plus de 25 ans déjà !
    Les observations de ton mari sont tout conformes en tous points à celles de mon épouse 🙂
    Et même si je sais tout ça, cela me fait un bien fou de savoir que je ne suis pas le seul à m’en étonner encore parfois.

    • ameliemarieintokyo

      28 février 2019

      Ce retour me fait chaud au coeur ! 25 ans, mazette, cela semble être une très belle histoire de vie commune :). Du coup, mon mari a été très content d’apprendre qu’il n’était pas seul à faire ce genre de remarques dans un couple franco japonais !

  14. Répondre

    Auriane

    26 février 2019

    J’adore ! Je me retrouve très bien dans ce que dis ton mari

    • ameliemarieintokyo

      28 février 2019

      Merci beaucoup 🙂 !

Commenter

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.