Le sexisme au Japon, le retour

Ce matin, je me réveille de plutôt bonne humeur. Je bois un café en 30 secondes, cours prendre mon métro à temps pour m’engouffrer au bureau (j’ai pas de bureau, mais ça fait bien) à 8:59, une minute pile avant le début du boulot. Avant que le sexisme au Japon ne frappe de nouveau.

Je gère – avec d’autres, le compte Twitter de Coto Language Academy, l’école de japonais pour laquelle j’ai commencé en tant qu’interne. Un mi chemin entre le stage et le temps partiel, le stage étant quasiment inexistant au Japon.

Dans le fil d’actualité, je lis une citation qui me glace le sang – en plus de la climatisation.

Kagoshima Gov. Itō Yūichirō: « It won’t do girls any good in life to learn trigonometry. Teach them the names of flowers and plants instead. »

Le gouverneur de Kagoshima, Itō Yūichirō: « Cela sera guère utile dans la vie aux filles d’apprendre la trigonométrie. Enseignez leur le nom des fleurs et des plantes à la place ».

Le facepalm du siècle. 

La citation est tirée d’un journal japonais paru ce matin, 28 août.

Extrait du journal -   source

Extrait du journal –
source

Je n’arrive même pas à trouver les mots. La trigonométrie tout comme la connaissance des plantes n’est pas – ne devrait pas être – une affaire de genre.

Je suis abasourdie. J’avais précédemment parlé du sexisme, ici ou  ou encore du côté de Dozodomo, mais je n’avais jusqu’alors aucun « coup » d’éclat récent sous la main. Beaucoup des citations sexistes que je trouvais en farfouillant les tréfonds de l’internet japonais dataient d’au moins quelques années.

 Peut-être m’attendais-je à un trop grand changement, pour un pays ou 52% des élues locales déclarent avoir été victimes d’harcèlement sexuel…

Cela me rappelle une anecdote au travail, alors que l’école préparait un cours de cuisine. La manager me demande gentiment si je peux préparer les autocuiseurs et lancer la cuisson du riz. Je bafouille que ce serait avec plaisir… Mais que le riz risquerait de très mal tourner vu mon don pour les arts culinaires. Elle part en rigolant et met ma réaction sur le compte de ma nationalité, sans doute. L’histoire déjà bien loin dans mon esprit, je me remets à la tâche après le cours de cuisine, quand une des jeunes professeurs revient sur le sujet (ça commère dans les couloirs!).

« Alors, tu ne sais pas cuir le riz? Mais comment fais-tu pour cuisiner à ton mari? Tu cuisines quoi? »

Même pas de facepalm

Sur le coup, j’étais tellement surprise que je n’arrivais pas à trouver la bonne tournure. J’ai fini par un plat, « c’est lui qui cuisine« , ce qui entraine toujours la même réponse polie « tu en as de la chance« .

Mais, mais, mais non. Ça ne devrait pas être de la chance. Cela devrait paraître tout à fait banal. Il s’avère que je n’aime guère cuisiner, que lui si. Que moi j’aime le ménage, et qu’il a une allergie pour le mot balais. Dernièrement je lui ai fait découvrir l’existence de la javel et de la serpillère. Ça s’appelle une répartition des tâches. Et que cela devrait être évident pour tout le monde.

RELATED POSTS

19 Commentaires

  1. Répondre

    julie.Elly

    30 janvier 2016

    O-O » j’envisage d’immigrer au japon en Novembre 2016, et tu commence a me faire peur lol ! Surtout que je très explosive comme fille (il faut absolument que je me calme absolument !) sinon je risque de pas trop me faire d’amis :'(

  2. Répondre

    Futur mama

    6 novembre 2015

    Cet attitude des hommes est souvent apprise par leur mère j’ai l’impression… Pour ma grossesse, mon homme veut absolument participer à tous les rendez-vous (normal j’ai envie de dire, c’est aussi son bébé!), et bien sa mère n’a pas eu l’air de comprendre cela.
    Elle est adorable et je l’adore mais pour elle, mon homme doit aller au travail et moi aux rendez-vous (au pire, elle vient avec moi pour pas que je sois seule). Non, je suis désolée, il est certes japonais, mais il vit en Europe donc il agit comme tel point :p En plus, ça lui fait plaisir de participer.

    Pleins de petits détails comme ça, des conseils qu’elle nous donne sur ce qu’il doit faire en tant qu’homme (bosser beaucoup plus maintenant qu’il y a un bébé en route, acheter l’équipement) et sur ce que je dois faire en tant que femme (me reposer, ne pas sortir alors que je ne suis qu’à un mois de grossesse mais lol, avoir mes rendez-vous médicaux seule comme une grande fille…).

    Après la naissance, elle veut venir chez nous pour faire le ménage pendant que je m’occupe du bébé, alors que mon homme sera là pour faire le ménage (il compte prendre 1 mois de congé).
    Mais non, même s’il ne travaille pas, hors de question qu’il touche à la vaisselle on dirait… (mais je sais qu’il va le faire, il a plus une mentalité européenne que japonaise)

    En quoi notre genre détermine le rôle que l’on doit tenir dans la famille… Il n’y a aucune honte à ce qu’il fasse la vaisselle ou qu’il change une couche de temps en temps.

  3. Répondre

    Gringo

    2 septembre 2015

    C’est quand même triste de lire ça à notre époque, le rôle de la femme chez eux c’est ça? Être à la disposition des envies de l’homme ? Nettoyer,faire le ménage, les courses, être dispo en permanence pour une autre envie aussi? Je sais pas mais, un couple, c’est partager des choses non, et dans ces choses, il y a des tâches ménagères, des envies, communes ou non. C’est assez étrange de se dire que certains considèrent une femme comme une simple bonne, et encore.. Je suis un homme mais si madame ne veut pas faire à manger ou le ménage et bien, je fais, et encore mieux, on le fait à deux, ça va plus vite et c’est plus sympa.

    • ameliemarieintokyo

      12 septembre 2015

      Très triste en effet. Désolée de répondre aussi tardivement à ton commentaire. Je suis tout à fait d’accord avec ton opinion.

  4. Répondre

    madameananas

    29 août 2015

    Ah ben mince… je sais faire la trigonométrie mais je connais pas le nom des fleurs… je suis pas une femme ça veut dire???

    • L

      30 août 2015

      Et du coup ton image c’est pour accentuer la blague ? ^^

      Sinon je vois que des réactions de femmes, étant un homme je partage quand même le point de vue. Après je pense que la réflexion ne me blesse pas comme elle peut vous blesser, mais ce genre de phrases débiles me consterne toujours un peu ahah

    • ameliemarieintokyo

      12 septembre 2015

      Bonne question! Il faut aller lui demander, à ce mufle…

  5. Répondre

    declicdevoyage

    29 août 2015

    Comment rire jaune… super article en tout cas, j’ai l’impression que certaines choses ne bougeront jamais dans ce si beau pays !

  6. Répondre

    Bérénice Mayoti (@BereniceMayoti)

    28 août 2015

    Lol pourquoi est-ce que tu devrais te taper la cuisine alors que lui n’aime pas ça ?? En France, cette mentalité existe encore malheureusement…

    • Bérénice Mayoti (@BereniceMayoti)

      29 août 2015

      Oops je voulais dire « pourquoi est-ce que tu devrais te taper la cuisine alors que lui aime ça ? » déso 😉 !

    • ameliemarieintokyo

      29 août 2015

      Ecoute je devais avoir compris, car je n’avais pas fait attention 😉

  7. Répondre

    milla

    28 août 2015

    Je suis dans le meme cas avec un mari qui cuisine le plus souvent. Pour ma part je sais que je ne laisserai jamais quelqu’un me traiter comme sa bonne : soit on fait a deux, soit personne ne fait rien, point. Les femme japonnaise doivent aussi aimer tout faire (pas pour outes bien sur) car sa leur donne de l’importance!

    • ameliemarieintokyo

      28 août 2015

      En fait, puisque tu soulèves le point, la situation est assez compliquée. De plus en plus de femmes ne veulent plus du tout être en couple (du tout). Les hommes aussi d’ailleurs. Mais les raisons diffèrent selon les genres, et pour les femmes, c’est toute la problématique de gérer tout à la fois (travail, maison, enfants).

      À l’inverse, il y a toujours le courant des femmes qui n’attendent qu’une chose, la vie « mariée-femme-au-foyer », auquel cas, comme tu le dis, elles deviennent « le coeur » du foyer. Dans la vision japonaise ce n’est pas nécessairement dégradant, car elle gère à ce moment là, quasiment tout (les dépenses, les gros achats etc).

      La société est pleine mutation, et ce qui est sûr, c’est que de plus en plus de femmes sont touchées par ces questionnements d’égalité.

      Questionnements qui n’effleurent que très peu la classe politique sclérosée japonaise!

  8. Répondre

    Branwen

    28 août 2015

    Mon ex Japonais (un pseudo magicien qui se fait appeler Alexandria Iskandal, rien que ça !) considérait normal de réveiller sa mère à 2h du matin parce que Monsieur vivait la nuit et qu’il a faim. Or, tout était précuit, il suffisait de couper les negi (ce qu’il me chargeait de faire) et de faire bouillir l’eau…. Que s’il dormait, je devais attendre son lever près de son lit (on faisait chambre à part), que je devais rester à la maison, etc etc. Il a fini par me dégager et me mettre nue dans la neige le jour de mon anniversaire parce que j’ai refusé d’obéir à un de ses ordres.
    Il a 30 ans à peine, c’est loin d’être terminé, ces histoires de sexisme au Japon…..

    • ameliemarieintokyo

      28 août 2015

      Oh mon dieu. Mais quel pauvre type. Je plains sa mère, encore que pour qu’il se conduise comme ça, y a du avoir du laxisme dans l’éducation de base. Ma pauvre, tu es bien mieux débarassée de lui. Ce n’est pas la première fois que j’entends des histoires de cet acabit, mais jamais jusqu’à ce niveau!

    • Kitsu

      22 septembre 2015

      Au delà du simple fait culturel et du sexisme à la japonaise, ce que t’a fait subir ce type se nomme tout simplement violence physique et morale. Et ceci est valable dans tous les pays du monde, personne ne doit être contraint à être au service ou l’esclave de l’autre. J’espère qu’il se fera auto disparaître dans son chapeau celui-la.

    • Branwen

      15 novembre 2015

      Nous sommes d’accord, mais c’est quand même courant au Japon, j’en ai entendu quelques unes comme ça (moins spectaculaires, mais aussi rudes)… Et je sais pas s’il exerce vraiment encore. J’avais retrouvé son profil sur un site de penpal, je crois qu’il cherche encore a trouver une femelle.

  9. Répondre

    Eugenie

    28 août 2015

    Mais mais mais… -_- »
    Je n’ai meme pas envie de réagir en fait.

    Pour l’histoire de « c’est lui qui fait la cuisine » on a la meme chose ici. Mon fiancé et moi faisons la cuisine et le ménage ensemble, et quand on le dit, ca finit toujours par un beau « Eugénie tu as de la chance, ca n’arrive pas souvent ». Mouais, en fait c’est la base si on aime bien aider l’autre en fait.

    Rah lala, on a encore tellement de chemin à faire, et certains pays plus que d’autres.

    • ameliemarieintokyo

      28 août 2015

      Je suis contente d’avoir le retour d’une personne dont le couple a ce même fonctionnement. Ça ne semble vraiment pas évident, pourtant comme tu le dis justement, c’est « la base ».

      Au Japon, tout ou presque incombe à la femme. Elle n’a pas forcément une mauvaise position (traditionnellement elle gère l’argent du couple), mais elle a clairement trop de « casquettes » quand monsieur va jouer avec « l’argent de « poche » @_@ quand est-ce que ça va changer…

Partagez vos impressions, idées et expériences avec moi :)

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.