L’un de mes plats japonais préférés est l’omurice, un mash-up entre la cuisine occidentale et la cuisine japonaise sous la forme d’une fine omelette avec du riz frit. Elle fait son apparition sur les tablées japonaises au début des années 1900 et a très vite conquis l’âme des nippons. Rapide et pas chère, c’est une délicieuse recette japonaise à garder sous le coude !

Loin d’être fin et léger, l’omurice (オムライス) est un plat bien consistant, rapide à préparer, qui satisfait les grandes faims et les gourmands de ketchup. Le nom même de ce plat est un wasei eigo, la contraction de mots que le japonais a emprunté à l’anglais, ici omelet et rice. 

Consistant de riz frit, enroulé dans une fine omelette, le tout recouvert de ketchup, ce plat appartient à la cuisine dite B級グルメ, c’est-à-dire une cuisine de second rang. 

La cuisine de second rang, kezako ? 

J’espère avoir l’occasion de m’attarder plus longuement sur le concept de cuisine, ou de gastronomie, de second rang.

C’est une expression très intéressante et qui en dit long sur la société japonaise. Née au milieu des années 80, alors que l’économie du pays bat son plein, elle s’impose dans les années 90 alors que la bulle économique met le Japon à genoux. 

Lorsque l’argent coulait à flot et que l’économie était florissante, il était à la mode de dîner souvent dans des restaurants gastronomiques avec des additions montant à plus de 10,000 yen (une somme bien rondelette pour l’époque, environ 15,000 yen aujourd’hui).

La cuisine B級グルメ apparait comme une contre mode, rejetant l’idée que pour bien manger, il faille forcément payer très cher. B symbolise la seconde place, 級 (kyuu), le rang ou la position, et グルメ, gourmet, s’entend ici comme non pas comme une personne (le “gourmet”), mais la gastronomie ou la cuisine. 

Vous en connaissez certainement déjà beaucoup de plats ! Cette cuisine regroupe beaucoup des plats régionaux chers aux japonais, rarement sophistiqués et aux ingrédients peu chers. Je peux citer par exemple l’okonomiyaki, les takoyaki et les yakisoba qui viennent du Kansai, ou encore le monjayaji à Tokyo. Les ramen, le poulet frit mais aussi les brochettes de viandes et les fritures font partie de cette cuisine de second rang.

La recette de l’omurice 

L’omurice n’est vraiment pas difficile à préparer (dit celle qui ne cuisine jamais). Le plus souvent, les japonais font en fait frire des restes de riz avec des légumes et de la viande. Ensuite,  il suffit de fourrer le tout dans une fine omelette. 

Seule cette dernière étape peut éventuellement vous donner des sueurs froides.  

Les ingrédients

  • Du riz
  • De l’oignon finement coupé
  • Du poulet coupé en petit morceau (mais n’importe quel type de viande peut faire l’affaire)
  • Des petits légumes (ou non, pour les allergiques au vert)
  • Du poivre
  • Du sel
  • Une cuillère de sauce soja
  • Du ketchup 
  • De l’huile

Pour l’omelette : 

  • Des oeufs
  • Du fromage rapé

Les étapes

Faire frire les ingrédients, en commençant par les oignons, auxquels vous ajoutez la viande, puis les légumes. Vous assaisonnez le tout et une fois que ça a l’air cuit, vous pouvez verser le riz dans une assiette à côté. 

Vous pouvez passer à l’omelette, qu’il faut faire fine. Une fois qu’elle a l’air d’avoir pris, mettez un peu de fromage râpé sur un côté et un peu au milieu et versez le riz frit, juste assez pour pouvoir rabattre les bords de l’omelette dessus. 

Ensuite, vous faites délicatement glisser l’omelette vers le bord de votre poêle avant de la faire tomber retournée dans votre assiette. Il ne reste plus qu’à la décorer avec du ketchup ! Voilà ! 

Variante : l’omurice explosive 

En réalité, il existe autant de recette de l’omurice que de familles japonaises. Au moins. Par exemple, à Okinawa, les japonais aiment utiliser les restes d’un taco rice avec une omelette. 

Il existe une variante à la recette classique qui est dite “explosive”, dont je ne suis pas très fan.

Cette fois ci, ce n’est pas le riz qui va dans l’omelette, mais une omelette roulée, encore liquide au milieu, que l’on fait retomber sur le riz. Les amateurs de l’omelette baveuse préféreront sans doute cette version de l’omurice !

 

RELATED POSTS

1 Comment

  1. Répondre

    PIERRE GÉRARD

    20 septembre 2019

    Bonjour,
    Merci beaucoup.
    Le riz frit se prépare comment ?
    Meilleures salutations.
    Sandra PG

Partagez vos impressions, idées et expériences avec moi :)

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.