La reconnaissance des femmes de réconfort encore longue à venir…

Le 28 novembre, le premier quotidien japonais, Yomiuri, a présenté des excuses pour avoir employé l’expression « esclave sexuelle » dans des articles relatifs au trafic de femmes asiatiques auprès de l’armée japonaise durant la seconde guerre mondiale. L’expression considérée « comme trompeuse » se retrouve dans 97 articles, publiés de 1992 à 2013. Désormais, le journal a ajouté dans ses archives une note expliquant que les termes « esclave sexuelle » sont inappropriés …

En 2014, la question des femmes de réconfort reste un sujet tabou au Japon, alors que cela attise des tensions avec les voisins sud coréens, où des survivantes font activement campagne pour obtenir des excuses et des dédommagements. Depuis que Shinzo Abe a été élu en 2012, les deux pays n’ont plus eu de rencontres … Pour la Corée, le refus du Japon à employer le terme « esclavage sexuel », force la communauté internationale à employer l’expression ambiguë de « femmes de réconfort ».

Ces excuses ont eu lieu après que le journal rival Asahi a retiré une série de témoignages de coréennes menées de force dans des hôtels, décriés par les nationalistes, niant que des femmes – jusqu’à 200 000 selon les historiens – furent réduites en esclaves.

« L’expression « femmes de réconfort* » est difficile à comprendre pour les non japonais qui n’ont aucune connaissance du sujet », déclara le journal Asahi, dans ses éditions japonaises et anglaises. La version anglaise ajouta même « femme forcée à l’esclavage sexuel ».

Shinzo Abe n’a eu de cesse de répéter qu’il revenait sur les excuses du premier ministre en place en 1993, et a critiqué le journal Asahi pour cette position qui « a entaché la réputation du Japon ».

« Le gouvernement Abe a essayé d’utiliser la rétraction du journal Asahi comme un moyen de réécrire l’histoire, arguant que toute l’histoire des « femmes de réconfort » est une fabrication des journalistes » saidKoichi Nakano, professeur de sciences politiques à l’Université Sophia de Tokyo.

Via BLOOMBERG

*Femmes de réconfort (慰安婦, Ian-fu?) est l’euphémisme employé au Japon à propos des victimes, souvent mineures, du système d’esclavage sexuel de masse organisé à travers l’Asie par et pour l’armée et la marineimpériales japonaises, en particulier durant la Seconde Guerre mondiale. L’emploi de ce terme est fortement contesté par les organisations qui exigent du gouvernement japonais des excuses formelles et des réparations, et préfèrent le terme non édulcoré d’esclavage sexuel.

Wikipedia


Pour aller plus loin: Essai sur les crimes de guerre du Japon (anglais)

RELATED POSTS

2 Commentaires

  1. Répondre

    Path

    6 décembre 2014

    Le faite qu’un journal doit présenter des excuses sur un sujet comme celui-là montre également le dictat du publique que subissent les journalistes au Japon, mais également dans le monde

    • ameliemarieintokyo

      10 décembre 2014

      Oui… c’est un sujet tellement sensible et encore grandement tabou.

Partagez vos impressions, idées et expériences avec moi :)

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.