Coup de foudre pour Singapour (1)

Mon Noël a été un peu particulier … plutôt que de rentrer en France me cailler, j’ai embarqué pour une destination plus exotique: Singapour. Je ne savais pas trop quelle idée m’en faire. Une ville état ? Une petite île ultra moderne similaire à Hong Kong ? Y a-t-il au contraire de la verdure ?  On m’a prévenue, en allant à Singapour, on peut tomber malade. Malade d’amour pour une ville incroyable, et une île qui a tant à offrir que plusieurs années ne suffisent pas à en découvrir les plus chouettes recoins …

Considérant la quantité astronomique de photographies, je préfère vous faire découvrir ce coin de paradis bout par bout. Le Japon ne sera pas trop jaloux, il n’est pas si éloigné de Singapour géographiquement… en revanche pour les moeurs on est bien loin des japonais stressés, à courir partout et à la politesse extrême.

Singapour est une cité-état en Asie du Sud-Est, à l’extrême sud de la péninsule de la Malaise, indépendante depuis 1965. Pas bien grande, avec ses 647 km2 , elle offre pourtant des paysages variés à couper le souffle, entre ses aires densément urbanisées, ses parcs à la jungle luxuriante, ses quartiers colorés aux ethnies diverses. Singapour est surnommé ville jardin mais aussi « family friendly », tant il fait bon y vivre et tant les activités pour les familles sont bien organisées.

Carte de Singapour – source: lonelyplanet.fr (j’étais dans le coin de Clementi)

Non seulement elle se démarque par sa remarquable réussite économique, mais elle est aussi un symbole de tolérance de la vie en communauté: alors qu’elle avait peu de ressources et de sérieux problèmes sociaux, elle est devenue l’un des pays les plus prospères et développés (éducation, économie, santé, sécurité, urbanisme) habités par des chinois, des malais, des indiens, mais aussi beaucoup d’expatriés, vivant dans la tolérance.

En fait, Singapour, c’est la « Suisse » d’Asie. Alors on est d’accord, politiquement, ce n’est pas la joie, et le manque de liberté politique des singapouriens est une grande ombre dans cette success story, mais les quelques jours que j’y ai passé m’ont donné envie de migrer au plus vite pour profiter de ce coin de l’Asie.

Bonus de fin, un climat équatorial … chaud et orageux toute l’année (avec une saison des pluies en décembre !). On s’en fiche, on se balade en débardeur et l’on profite de l’une des (ô combien) nombreuses piscines qui coûtent trois fois rien (et quand on a les moyens de se louer un condo, on a la piscine et la salle de sport).

Le logement est très particulier, en effet, lors de son développement, le gouvernement de Singapour a lancé un programme de HDB (housing and developpement board), afin de créer des milliers de logements collectifs: chaque singapourien doit avoir un toit.

C’est dans un de ces blocs d’habitation que j’ai logé. Loin de nos banlieues pourries, j’ai adoré les immeubles colorés, l’ambiance communautaire, avec toutes les portes des grands appartements ouverts, les voisins qui vous rendent service, vous disent bonjour, les aires de verdures mais aussi les jeux installés pour les enfants. D’ailleurs ils sont très bien entretenus et de bonne qualité (pas de problème de sonorisation par exemple).

Malgré leur statut de logements sociaux, ils coûtent un bras, en raison d’une absence de régulation des loyers. Mais dans des cultures où la vie en famille et en communauté compte, plusieurs salaires alimentent les familles.

Autrement, il existe les condo, des résidences et immeubles de luxe, coûtant un bras (et un bout de fesse). Certains font baver (surtout pour la piscine, parce que pour le reste, ils donnent une apparence beaucoup plus froide). Beaucoup de milliardaires vivent d’ailleurs à Singapour.

Singapour a plusieurs quartiers ethniques: chinois, malais, et indien, ainsi qu’une baie absolument fabuleuse (géniale, magique, fantastique, magnifique, les mots m’échappent tellement j’en suis tombée amoureuse). Je vous les ferai découvrir au cours de mes prochains articles !

ameliemarieintokyo

Éditeur web basée à Tokyo depuis 2013, travaillant dans la communication et le marketing. Passionnée d'écriture, de nature curieuse et sensible, j'apprécie particulièrement de mettre en scène mon quotidien nippon et de partager mon expérience de la société japonaise.

8 janvier 2015

RELATED POSTS

2 Commentaires

  1. Répondre

    Liansg

    31 mars 2018

    Les loyers ici sont pas forcement comme tu les decris..pour les condominium..ca depend ou c est (east coast/ balestier/ cbd ou pioneer) ca varie enormement mais en euro on est minimum a 1200 euros par mois pour deux chambre..moi je paye 1500 euros pour un condo de deux chambres..assez grand…maintenant une petite erreur si je puis me permettre .la hausse des loyers exponnentiel (ca c est calme recemment hong kong etant encore pire) n est pas du a un maque de regulation ( qui a generalement l effet contraire) mais surtout a un manque de place… 🙁 et a une gestion gouvernemental assez forte…regarde le systeme d attribution des HDB tu verras)

    Cordialement

  2. Répondre

    ladyelle134

    29 décembre 2014

    J’ai un souvenir mitigé de Singapour, mais c’était il y a longtemps, donc beaucoup de choses sont certainement différentes… 🙂

Commenter

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.