Thématique :

Recettes japonaise d’Amélie

Compilations de recettes japonaises d’Amélie et de son mari japonais !

Les recettes japonaises d’Amélie : la soupe miso

Je vous rassure, même la toute première fois que j’ai préparé une soupe miso, je n’ai rien raté – ou presque. Car si la préparation de cette recette est très facile, il n’en reste pas moins nécessaire de faire attention à la cuisson et à suivre les étapes dans l’ordre.

Qu’est-ce donc que la soupe miso ?

De son nom japonaise, la misoshiru (味噌汁) est un bouillon à base de miso et de dashi. Le miso (味噌) est une pâte fermentée de soja, avec du riz ou de l’orge et du sel. Il existe plusieurs variétés de miso et le goût est plus ou moins fort selon la fermentation. Les curieux iront lire Wikipédia dont la page est relativement complète. Le dashi est un bouillon de poisson à partir de konbu (algue) et de bonite qui se vend en général sous forme de poudre.

Il n’existe pas “une” soupe miso.

Mais une infinité de variation. De quoi faire une recette différente par jour pendant un an. La soupe miso est saisonnière, régionale et familiale. Chaque famille la prépare à “sa” sauce et peut s’étonner du bol de son voisin !

Alors que je m’apprêtais à peler et couper un bout de radis japonais, mon mari s’est penché par dessus mon épaule, l’oeil soupçonneux :

– Amélie, tu comptes quand même pas mettre du daikon dans la soupe ?

Bien décidée à vider l’intégralité de mon bac à légumes, j’ai alors rétorqué :

– Ben, pourquoi pas ? On met un peu de tout ce qu’on veut dans la soupe miso, non ?

Doutant de la bonne foi de son épouse française, mon pointilleux mari japonais s’est mis à chercher sur google.

– Han ! Tu as raison ?! Le daikon fait partie des ingrédients classiques de la soupe miso.

Les ingrédients

Vous l’aurez compris… Impossible de dresser une liste exhaustive ! La soupe miso peut se faire avec :

– Du chou, du radis, des navets, du céleri, des carottes, de la ciboule, des oignons, des épinards, des racines de lotus, de la pomme de terre, de la patate douce, racine de bardane…

– Des herbes telles que la coriandre ou encore du gingembre

– Des alges : nori, wakame, konbu…

– Des champignons : shimeji, shiitake, maitake…

– Viande : poulet, porc, boeuf

– Poissons, crustacés, fruits de mer…

– DU TOFU

Soupe miso

La recette d’Amélie (et de Sato-kun, un peu)

Le contenu du bac à légumes. Ah ah ah. Bon, blague à part, nous apprécions de faire une bonne grosse soupe et nous avons tendance à mélanger beaucoup d’ingrédients. Nos combinaisons favorites sont

– Racine de lotus et de bardane,

– Shiitake et wakame,

Avec du tofu frais.

1 : Trouver la cuisine

Je souligne que c’est évidemment crucial dans la préparation de la soupe miso. 

2 : Trouver une casserole

Ne négligeons pas non plus cette étape qui pourrait donner quelques difficultés à certain(e)s. 

3 : Préparer les ingrédients

Vous voyez le tableau quoi. On lave, on épluche, on coupe – tout sauf les doigts, parce que la soupe aux doigts c’est dégueulasse. 

Ps: cela suppose que l’étape 0, faire les courses, a bien été effectuée. 

4 : Faire bouillir une casserole d’eau

Au minimum, une demi casserole. Tout dépend de votre soif. Et de la taille de votre casserole. 

5 : Incorporer les légumes et le tofu après avoir fait trois tours sur soi-même et crié « miso miso miso, magical miso ! »

Je déconne. Enfin, sauf pour les légumes. Faites bien attention à les jeter à l’eau en fonction de leur temps de cuisson respectif. Par exemple, il faut bien 15/20 minutes pour les racines de bardane, alors que les champignons demandent bien moins de temps. Ne mettez donc pas tout en même temps (sauf si comme moi, vous avez la flemme). 

6 : Écumer (optionnel)

Cela consiste à retirer la mousse grisâtre, là, qui se forme lorsque l’on fait bouillir des légumes. Parait que sinon, la soupe est amère. Moi, je ne perçois pas la différence, mais mon mari et son palais radar, détecte ma paresse immédiatement… 

Après avoir écumé, vous pouvez y mettre un peu de dashi (genre une petite cuillère de poudre).

7 : Incorporer le miso avec douceeeeur

Lorsque les légumes et autres ingrédients sont cuits (les algues se jettent à la dernière minute), il faut baisser le feu en dessous du point d’ébullition et incorporer le miso à votre soupe progressivement. La quantité est laissée à votre appréciation, mais une ou deux grosses cuillerées font l’affaire. L’idéal est de mettre le miso dans votre louche, de prendre un peu de soupe et de touiller avec des baguettes. Puis, vous verser le contenu de la louche et reprenez un peu de soupe pour réitérer l’opération jusqu’à ce que vous n’ayez plus de miso dans votre louche. 

N’oubliez pas de gouter pour vous assurer que le mélange est juste parfait à votre goût. 

 

Et vous, c’est quoi votre soupe miso préférée ?