Amélie en kimono

Dernièrement, je n’ai guère eu le temps de passer sur le blog pour cause de voyage (on a vu pire!). Je suis allée me balader du côté de Kyoto avec la belle-famille japonaise. Je suis remontée à Tokyo en faisant un arrêt express à Matsumoto, dans les montagnes de la région de Nagano.

Aller à Kyoto en Shinkansen fut un rare privilège. Peut-être une occasion unique. Dormir deux nuits dans un ryokan, auberge traditionnelle japonaise, à Arashiyama, fut la cerise sur le gâteau. Dans ce ryokan, j’ai pu profité du rotenburo (露天風呂), un bain chaud à l’extérieur. Il donnait sur une mise en scène de momiji, les feuilles d’automne. Allez savoir. Les repas du ryokan, que cela soit le petit-déjeuner ou le diner, étaient savamment présentés, et très copieux. Si mon « mésamour » pour les fruits de mer s’est vu forcé la main quelque peu, les plats de viande et en particulier le boeuf, étaient délicieux.

Deux jours magiques à Kyoto, à visiter le célèbre Kinkakuji, ou encore les studios Toei, en passant par Fushimi Inari et Nara. La visite des studios a été incroyable. Il faut certes casser sa tirelire à l’entrée, puis pour les attractions intérieures, mais on y passe facilement 3 h voir 4 si l’on veut  bien faire, entre les représentations, le labyrinthe, le parcours dans la maison ninja, et les parties plutôt musées, consacrées notamment à la série télévisée « power rangers ».

De Kyoto, nous avons repris le Shinkansen pour Nagoya, d’où nous avons embarqués pour une correspondance en direction des Alpes japonaises de Matsumoto. Pour la première fois de ma vie, j’ai été malade en train. Un mélange de fatigue mais aussi de pression, sans compter que le train bougeait beaucoup!

Une journée et demi n’est hélas pas suffisante pour rendre honneur aux beaux paysages de Mastumoto. Ce n’est que partie remise ! Rien que pour son très beau château, ce petit crochet dans le Japon montagneux en vaut la chandelle. Dans le ryokan, nous avons pu enfiler de véritables kimono, avant de s’initier bien maladroitement à la cérémonie du thé.

Enfiler un kimono n’est pas une chose aisée. Il faut d’abord mettre des sous-vêtements – une sorte de jupon ainsi qu’une petite chemisette, puis on enfile le kimono, autour duquel on sert le obi – une longue ceinture. Je ne m’y connais que peu, mais j’ai apprécié l’expérience. Le kimono que j’ai choisi m’a beaucoup plus, et si ce n’était pas si cher à faire faire, je craquerais bien pour en avoir un. À défaut, il est possible de faire des locations pour certaines occasions – ou juste le plaisir des yeux.

ameliemarieintokyo

Éditeur web basée à Tokyo depuis 2013, travaillant dans la communication et le marketing. Passionnée d'écriture, de nature curieuse et sensible, j'apprécie particulièrement de mettre en scène mon quotidien nippon et de partager mon expérience de la société japonaise.

7 avril 2015

RELATED POSTS

9 Commentaires

  1. Répondre

    Rosa

    6 juillet 2015

    Bonjour,
    Il a l’air sympa ton blog. Je t’invite aussi à visiter le mien : http://design-mobilier.com

  2. Répondre

    Cherry Wood

    28 avril 2015

    Le kimono que tu avais choisi est ravissant et te va très bien ! ^^

    • ameliemarieintokyo

      9 mai 2015

      Bonjour, merci du passage. Et merciiiii ce compliment me fait plaisir (surtout que la personne m’habillant m’en conseillait un autre, mais j’ai flashé sur celui là!).

  3. Répondre

    AmandineDismoimedia

    28 avril 2015

    Jolie ballade. Depuis la lecture de Thermae Romae les bains japonais me font de l’oeil. Ils font vraiment cuire des œufs dans l’eau chaude ?
    Le kimono te vas si bien 😀 J’avais vu un reportage sur un créateur et ses peintures impressionnantes, sans compter l’habillage en lui-même apparemment assez fastidieux.

    • ameliemarieintokyo

      9 mai 2015

      Bonjour, et merci du compliment ! Oui c’est terriblement fastidieux. Je pensais retenir un peu la méthode, pour le jour où je craquerais sur un kimono en occasion, mais pfiou, ma cervelle n’a pas tout suivi.

      Concernant les oeufs, aucune idée, je me renseigne x).

  4. Répondre

    Kuuki

    26 avril 2015

    Sinon le Oedo antique Market qui a lieu certains dimanches au Tokyo Internation Forum est un must. Faut bien fouiller mais je suis tombée sur un stand qui vendait des kimono pour 1000 yens et les obi (brodés main et absolument magnifique) pour 500. (y a des coupons de tissus pour Branwen partout aussi ^^)
    Je sais pas du tout ce que je vais faire avec mes obis mais je les ai!

    De façon générale le marché en question est dédié aux antiquités à des prix que je trouve vraiment abordables et au pire t’auras visité un musée à ciel ouvert.

    Sinon j’ai vu des boutiques abordables à Asakusa.

    • ameliemarieintokyo

      9 mai 2015

      Bonjour, merci de commentaire ! Je ne connaissais pas du tout ce marché, et je vais m’empresser de réparer cette erreur. Merci pour les tuyaux !

  5. Répondre

    Branwen

    25 avril 2015

    Yeah ! Tu peux trouver de beaux kimonos pas chers dans plein d’endroits : déjà, du côté du Bretagne, à Harajuku, y’en a de beaux (avec des sacs de coupons de tissus, si tu y vas, pense à moi :p) et dans les hard-off 😉
    J’en ai plein ! et certains viennent de Ebay, Etsy, Rakuten…. 😀

    • ameliemarieintokyo

      9 mai 2015

      Merciiii, je ne connaissais pas ces endroits. Du coup… oulalala, tu me tentes x).

Commenter

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.