Tobi shokunin, les ouvriers japonais

J’ai depuis longtemps une fascination pour les chantiers de construction, devant lesquels je suis plongée dans un abîme de questionnements sur le génie humain. Tokyo est dans un grand boom économique du bâtiment – une manière comme une autre de retaper l’économie – et les chantiers poussent comme des champignons autour de chez moi. Si les japonais ne sont pas très efficaces au bureau, en revanche, les constructions sont accomplies avec une vitesse effarante.

(Une vidéo gangnam style se cache dans cet article).

tobi shokunin

Le boom de la construction est même aujourd’hui confronté au manque de main d’oeuvre, après une chute vertigineuse du nombre d’ouvrier au Japon (- 26 % en 17 ans). Cela entraine de sérieuses conséquences sur les  offres de nouveaux chantiers, alors mis en concurrence, et sur les matériaux choisis (construire l’école / l’hôpital ou le tout nouveau building du quartier d’affaires …?).

Les jeux olympiques de 2020 ont d’autant plus accentué l’accélération de ce marché, et la pression est telle que le Japon ouvre ses portes – très timidement – à la main d’oeuvre étrangère (qualifiée). Au Japon vivent 1,6% d’étrangers et le pays entend bien contrôler ses frontières. Le nouveau visa en préparation devrait voir le jour en 2015, et permettre à 70 000 travailleurs étrangers d’entrer dans le marché du travail japonais – après 3 ans minimum d’expérience dans leur pays d’origine, et pour une période déterminée.

Il faut dire que le manque de quelques 150 000 ouvriers dans les prochains mois n’incite pas le gouvernement à bouger sur des questions de qualité et de sécurité du travail ouvrier. Les jeunes n’ont pas envie d’entrer dans un secteur dominé par les 3K (en japonais): dangereux (kiken 危険), difficile (kitsui きつい), sale (kitanai 汚い dirty).

Dans le monde du travail japonais, col blanc ou col bleu, l’uniforme règne. Et le plus cool de tous est celui des tobi shokunin, ces ouvriers de voltige qui bossent à des hauteurs vertigineuses, avec plus ou moins de sécurité.

Au premier coup d’oeil, on pourrait penser qu’ils sont pilotes ou tout droit tiré d’un film de science fiction. La marque «Tobi», en référence au pantalon baggy typique de la tenue – pourtant absolument pas traditionnel, spécialisée dans l’uniforme des ouvriers du bâtiment au Japon, a créée en 2008 une série de photo pour son catalogue.


YouTube étant une formidable plateforme d’enrichissement personnel, pour le plaisir:

ameliemarieintokyo

Éditeur web basée à Tokyo depuis 2013, travaillant dans la communication et le marketing. Passionnée d'écriture, de nature curieuse et sensible, j'apprécie particulièrement de mettre en scène mon quotidien nippon et de partager mon expérience de la société japonaise.

RELATED POSTS

2 Commentaires

  1. Répondre

    EL Hamri Soufiane

    7 août 2017

    Bonjour,

    Étant actuellement à Tokyo, je voulais savoir si vous connaissez des boutiques de pantalons Tobi, car je souhaiterais m’en procurer.
    Merci.

    • ameliemarieintokyo

      8 août 2017

      Bonjour! Malheureusement je n’en connais pas (en ligne peut-être?) mais je suis sûre que les lecteurs de Kanpai! sauront vous répondre :).

Commenter

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.