Mon petit ami japonais me jurait que la neige à Tokyo, c'était une invention de l'animation japonaise. Il semble que l'hiver 2014 ait voulu lui donner tord !

Mon petit ami japonais est médusé. Il n’en croit pas ses yeux. Lui qui, à peine trois jours auparavant, m’expliquait que la neige à Tokyo tenait d’un fantasme des mangakas, est à regarder tomber les flocons par la fenêtre de notre appartement tokyoite. Non seulement il neige, mais c’est une véritable tempête. Certes, cela fait sourire les japonais qui habitent le nord du pays, car à Tokyo, c’est tout de même une météo exceptionnelle.

Cela fait pratiquement 40 qu’il n’y avait pas eu de neige à Tokyo.

Ces derniers jours n’ont rien eu à envier à mon hiver moscovite. C’est un véritable blizzard qui a balayé la ville, créant la pagaille dans les transports routiers, ferroviaires et aériens. Cette tempête a entrainé des coupures d’électricité et causé des blessures ainsi que des décès dans la région du Kanto.

En début de journée, le temps n’augurait pas une telle tournure. C’est dans l’après midi que le vent et la neige se sont renforcés. Il était dangereux de marcher en ville à cause du verglas, des chutes de neiges provenant des toits ainsi que des chutes de branches d’arbres, celles-ci cédant sous le poids de la neige.

Les employés des boutiques et des gares se sont efforcés de nettoyer le sol, mais cela s’est révélé être une vaine lutte contre les éléments ! Les japonais ont jeté du sel sur les routes et les trottoirs les plus glissants.

La météo a joué des tours aux passagers des transports en commun.

Alors que nous étions à la station Ochanomizu, j’ai pu apercevoir pour la première fois au Japon, un train en panne. Coupé d’électricité, il était à l’arrêt et les passagers attendaient patiemment à l’intérieur. Après une dernière vérification des cables, les employés de gare ont finalement relancé l’électricité. Le train, lui, n’est cependant pas parti. Nous devions nous rendre à la gare de Tokyo et nous nous sommes bien rallongé le trajet avec plusieurs transferts afin de rejoindre le métro moins perturbé que le réseau ferroviaire « aérien ».

À la gare de Tokyo, majeure pour de nombreuses lignes de trains à grande vitesse (Shinkansen), la conséquence de cette tempête aux allures de fin du monde fut une foule de passagers errant dans les salles d’attente, guettant toute information relative aux trains annulés ou retardés. La gare étant doublé d’un grand centre commercial souterrain, beaucoup ont pris leur mal en patience en faisant du lèche-vitrine.

Notre envie de nous promener tourna court et c’est glacés et fourbus que nous nous mîmes sur le chemin du retour. Il nous sembla bien long, d’autant que la nuit était tombée.

Un beau manteau blanc dans la banlieue de Tokyo

Le lendemain de la tempête de neige à Tokyo, nous nous sommes rendus à Hachioji, à environ 40 minutes de Shinjuku. En effet, c’était un jour d’élection et mon copain devait voter dans la municipalité de résidence sur ses papiers japonais. Proche des montagnes, Hachioji affiche toujours quelques degrés de moins que Tokyo et le quartier de ses parents était couvert d’un beau manteau blanc, rendant la marche très difficile !

ameliemarieintokyo

Éditeur web basée à Tokyo depuis 2013, travaillant dans la communication et le marketing. Passionnée d'écriture, de nature curieuse et sensible, j'apprécie particulièrement de mettre en scène mon quotidien nippon et de partager mon expérience de la société japonaise.

RELATED POSTS

2 Commentaires

  1. Répondre

    mellelachieuse

    11 février 2016

    C’est magnifique ! et nouvel épisode cette année 🙂 tu n’as pas fais de photos ?

Commenter

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.