La structure de la langue japonaise est très éloignée de la langue français et il n'est pas rare que les débutants soient un peu perdu. C'est en particulier le cas avec la question du pronom personnel japonais, dont l'utilisation ou plutôt "l'absence d'utilisation" est difficile à comprendre.

Bien comprendre l’usage du pronom personnel japonais, ou son « non-usage » permet de mieux communiquer avec les natifs. En effet, le japonais est une langue contextuelle, c’est-à-dire que le sens est inféré à partir de la situation du propos. Cela a pour conséquence que les japonais omettent beaucoup d’informations s’ils estiment que le contexte est suffisamment clair. C’est le cas avec l’usage du pronom personnel sujet, en particulier lorsque l’on parle de soi.

Vous avez le (faux) choix.

En japonais on décompte 3 pronoms personnels pour parler de soi :

  • (わたし) (watashi)
  • (ぼく) (boku)
  • (おれ) (ore)

Bien qu’ils soient genrés, c’est à dire que les femmes tendent à utiliser le premier, tandis que les deux autres sont plus réservés aux hommes, les japonais les choisissent en réalité plus en fonction du contexte de la conversation. Il est aussi intéressant de noter que les enfants tendent d’abord à parler d’eux-même en mentionnant leur prénom. Ils commencent à employer le pronom personnel vers 3 / 4 ans.

Watashi

Typiquement, ce pronom personnel japonais est utilisée par les femmes. Cependant, il correspond aussi à un niveau de japonais poli et est donc mixte. C’est à dire que les hommes peuvent très bien l’employer selon le contexte, notamment dans un cadre professionnel ou public.

Le kanji 私 a plusieurs lectures. Ainsi, わたくし(watakushi), que l’on peut croiser de temps en temps, est une version encore plus formelle. Il est vivement déconseillé de l’employer – en particulier si vous êtes débutant en japonais, car vous passeriez pour très snob… Il existe encore あたし ou あたくし qui sont cette fois des variations exclusivement féminines. Les japonaises l’emploient par modestie, mais cela sonne très prétentieux et connote une éducation vraiment classique. Pour ne pas dire traditionnelle.

Les débutants en japonais ayant encore besoin de travailler sur la construction des phrases en japonais peuvent (doivent) utiliser watashi.

  • Mixte, pour débutant.

Boku

Ce pronom personnel est quasi exclusivement utilisé par les hommes. Il a pour origine le mot geboku (下僕(げぼく), serviteur) et kouboku (公僕(こうぼく), fonctionnaire). Les jeunes japonais ont raccourci à « boku » pour parler de soi avec humilité. Boku fait partie du langage courant, mais s’emploie donc plutôt dans un contexte amical.

Remarque : ce pronom peut aussi s’utiliser à l’égard des jeunes garçons comme pronom personnel sujet à la deuxième personne du singulier. Par exemple : « quel âge as-tu ? » (僕、何歳ですか), « quel est ton nom ? » (僕、お名前は).

Les jeunes filles et jeunes femmes peuvent se designer avec boku, j’en ai fait le constat à Tokyo. C’est à la fois une forme de rebellion et à la fois une contestation du sexisme inhérent à la langue japonaise, avec son vocabulaire et sa grammaire genrée. Cependant, sans surprise, ce n’est pas bien vu par les japonais, ni fréquent.

  • Plutôt pour les hommes pour parler avec des amis,
  • Les japonaises peuvent l’employer, mais boku est à éviter pour les étrangères.

Ore

Attention ! Ce pronom est considéré comme très vulgaire et n’est à employer que dans un cadre très, très familier avec des amis dont vous êtes proche.

  • Déconseillé à moins de vouloir paraître malpoli et/ou vulgaire.

Le pronom personnel japonais est en réalité peu employé.

En effet, la construction de la langue fait que le pronom personnel japonais est souvent omis. Par ailleurs, le verbe est en fin de phrase et ne s’accorde absolument pas. Bref, les pronoms personnels se comportent comme des noms et peuvent donc être omis si le contexte permet d’identifier l’agent. Si un japonais emploie un pronom personnel dans un contexte clair, c’est en général intentionnel, pour marquer, accentuer la présence de l’agent en question.

Par ailleurs, de manière générale, dès que les japonais sont dans le langage courant ou familier, ils appliquent une économie de langage. Les marqueurs de politesse, les particules grammaticales, voir le sujet même de leur propos disparaissent.

Je ne pourrais résumer en quelques lignes la linguistique japonaise, ni sa grammaire. Cependant, par exemple, dans une conversation sur les bananes, si je souhaite dire que « j’aime les bananes », je vais simplement dire « banane – aime ».

Phrase pour débutant : 私はバナナが()きです。(Je + particule marqueur du sujet + banane + particule + verbe + copule)

Plus naturelle (polie) : バナナが()きです。(banane + particule + verbe + copule)

Encore plus naturelle (courant/familier) : バナナが()き。(banane + particule + verbe)

Phrase très familière (ou enfantine) : バナナ()き。(banane + verbe)

 

J’ai des conversations passionnantes.

RELATED POSTS

5 Comments

  1. Répondre

    Jim

    3 juillet 2018

    Lol J’adore cette chute xD

  2. Répondre

    Marjorie

    26 juin 2018

    Cette conclusion xD
    Je n’avais jamais entendu boke ! Ore par contre ça m’avais marqué dans un drama un des personnages parlait de lui-meme en Ore-sama je ne sais plus comment ils avaient traduit mais j’en avait conclu que ce n’était pas à utiliser lol. Depuis je vis au Japon et je comprends pas tout le monde l’utilise xD
    Et j’avoue que je commence toujours les phrase par 私は… Je sais que c’est au choix inutile ou stupide, mais je n’arrive pas à parler si je ne commence pas par dire je. Impossible !

    • ameliemarieintokyo

      26 juin 2018

      Je crois qu’il existe aussi des tendances régionales (notamment avec le Kansai). Les connotations varient donc sans doute :3.

      Ne t’inquiète pas, dans le doute, mieux vaut dire watashi. Ce sera du coup très clair pour tes interlocuteurs. Lorsque tu seras plus habituée à parler japonais ou à le lire, tu devrais naturellement cesser de l’employer 🙂

Partagez vos impressions, idées et expériences avec moi :)

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.