Je n'en suis pas encore à être passionnée de généalogie, mais j'avoue être très curieuse d'en savoir plus sur la famille de mon mari et ses origines.

Lorsqu’il s’agit de parler de préfecture japonaise, je suis toujours un peu perdue. J’avoue moi et la carte du Japon, on ne fait pas bon ménage et j’en connais à peine quelques unes. Parfois je confonds aussi les préfectures, les régions et les îles. Honte.

Toujours est-il que mon mari est la 2ème génération de sa famille née à Tokyo. Néanmoins lorsqu’il rencontre d’autres japonais, il se dit le plus souvent de Gifu. D’ailleurs, j’en ai parlé dans de vieux articles, mais lorsque nous nous sommes mariés, nous sommes allés à Iwamura, dans cette même préfecture. C’est la terre des ancêtres samuraï de mon mari et ça lui paraissait essentiel d’y faire un petit pèlerinage.

Récemment je me suis dit que c’était tout de même étrange que mon Tokyoite pur et dur de mari se considère originaire d’une region où il n’a jamais habité.

De quelle préfecture japonaise mon mari est-il (vraiment) originaire ?

En effet, seule la partie maternelle de sa famille vient du village d’Iwamura, par sa grande mère. Il n’a lui même jamais habité cette région du Japon. Sa grand-mère a migré vers Tokyo pour devenir indépendante, travailler, et fuir la misère dans laquelle sa famille était plongée. Les clans de samuraï ont très mal vécu le passage au Japon moderne et beaucoup ont perdu terres et richesses durant la transition. La maman de mon mari est donc née à Tokyo.

Son grand-père côté maternel est un descendant d’une caste de servants un peu particulière. Durant l’ère Edo, un système d’otage politique est mis en place par le shogunat. Les nobles japonais doivent laisser femmes et enfants vivre à Edo pendant qu’eux retournaient vivre sur leurs fiefs. Les otages étaient alors laissés aux bons soins des hatamoto – c’est-à-dire des vassaux au service d’une famille. Son grand-père en était un descendant, né à Tokyo.

Côté paternel, son père est né et élevé à Gunma. Ses ancêtres servaient apparemment le clan Suwa. Il est venu sur Tokyo pour poursuivre ses études. Sa famille paternelle est très étendue, mais le contact a été perdu il y a très longtemps. Les brouilles de famille, ça n’a pas de frontière ni de nationalité !

Au Japon, la hiérarchie sociale de la famille compte encore.

Vous l’avez compris, comme pour beaucoup d’entre nous, sa famille vient d’un peu partout. Alors pourquoi cette fixation sur Gifu ? Sur le coup, il n’était pas sûr. Mais en réfléchissant, il a réalisé que c’était une forme de rappel de la hiérarchie sociale encore très prégnante au Japon. Le côté socialement le « plus » fort (et bien que ça n’ait pas grand sens dans notre société actuelle !) est celui des ancêtres samuraï. Conséquence de quoi, Gifu l’emporte sur Gunma et Tokyo.

Il s’est d’ailleurs fait la réflexion que dans cette même logique, c’est le nom de famille maternelle qui aurait dû être privilégié. En effet, même si au Japon l’épouse change de nom, ce n’est pas systématiquement le cas. Si la famille de l’épouse est plus noble, plus puissante, plus riche, c’est l’homme qui change son nom.

RELATED POSTS

Partagez vos impressions, idées et expériences avec moi :)

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.