Alors que le mois de juillet approche à grand pas, le temps sur Tokyo est devenu étouffant et lourd. Les températures grimpent jusqu'à 30/32°C en cette saison. Sans surprise, les voyageurs mais aussi les expatriés peu habitués à tolérer la chaleur, peuvent passer un mauvais moment. Comment bien vivre cette période et surtout, ne pas souffrir du natsubate, cette "maladie estivale" ?

Autant j’adore le Japon en hiver, autant j’exècre l’été japonais. Même après cinq ans dans ce beau pays, passé le mois de mai je vis une lente agonie avant de passer l’arme à gauche au mois d’août. Je souffre du natsubate (なつバテ), une fatigue estivale qui se caractérise par un épuisement résultant de la chaleur. Je ne renais que vers la fin du mois de septembre, lorsque les températures se calment un peu. 

Natsubate, kezako ?

Ce petit mot japonais me fait trembler d’avance chaque année. Il a pour racine le mot été なつ(natsu)ainsi que le verbe ばてる (bateru) sous sa forme « bate », qui signifie « être très fatigué ». Pas besoin de vous dresser un tableau compliqué…

… Natsubate signifie « épuisement estival » ou « fatigue estivale ». C’est la conséquence des fortes températures combinées au taux très élevé de l’humidité. Dès la fin du mois de juin, mais plus particulièrement au mois de juillet, on se croit baigner dans un hammam turc.

Hammam turc, été japonais, même combat.

Les symptômes du natsubate sont :

  • une fatigue léthargique, douleur physique
  • perte d’appétit, voir de poids, ce qui a aussi son petit nom, natsuyase (なつせ, été + maigrir),
  • insomnie.

Les médecins japonais estiment par ailleurs que le natsubate est une conséquence indirecte de l’utilisation abusive de l’air conditionné. Il faut avouer que les japonais sont les pro pour mettre la climatisation à fond, ce qui n’est ni bon pour nous, ni bon pour la planète. Ayant une très forte intolérance à la chaleur, 15°C me parait bon, à 20°C je souffre, je me paye cette fatigue estivale à tous les coups.

Attention ! Le fait de consommer trop de crèmes glacées, jus de fruits et boissons sucrées pour vous rafraichir peut vous faire grossir. C’est alors le charmant petit mot natsubori (なつり, été + grossir) qui s’applique dans votre cas.

Comment bien vivre l’été japonais ?

Honnêtement, je vous avoue que ce n’est pas la meilleure saison pour voyager au Japon si vous n’aimez pas la chaleur. Les températures élevées durant la journée ne se rafraichissent guère la nuit. Vous allez dégouliner de sueur du matin au soir, voire la nuit (à moins de vous congeler à coup de clim). Sauf si vous ne transpirez pas (espèce d’alien ! è_é). Si vous y habitez, comme moi, vous savez… … …

Boire

Buvez comme si votre vie en dépendait. (Au cas où je me dois de préciser « boire de l’eau », hein). D’ailleurs, les pays chauds l’ont bien compris : boire de l’eau tiède ou chaude est plus agréable. Le souci, c’est dans la restauration au Japon. Ils ne peuvent en effet s’empêcher de mettre des glaçons dans toutes les boissons.

Apprenez donc à dire « sans glaçons », ko-ori-nashi-de (氷なしで) lorsque vous passez commande d’un jus de fruit ou même pour un verre d’eau.

natsubate

  • Manger des fruits et des légumes frais

Sérieusement, sur ma vie, j’ai l’impression que manger des fruits et des légumes frais c’est le remède miracle pour tout : les régimes, les maux de tête, les crampes, réussir ses examens, savoir faire un créneau à gauche… Bref, manger frais vous apportera des minéraux et des vitamines avec un bonus hydratation.

Natsubate

  • Manger de l’anguille

Traditionnellement, il est recommandé de manger de l’anguille (うなぎ) pour se remettre du natsubate. Cependant, les japonais ont tellement défoncé les stocks naturels de cette espèce qu’elle est sérieusement en voie de disparition au Japon. Malgré les alertes lancées à ce sujet, les japonais considèrent l’anguille comme un met délicieux et ne sont pas prêts de freiner leur consommation. Je passe mon tour sur ce point.

natsubate

  • Manger de l’umeboshi et du miso

Ces prunes macérées dans le sel puis séchées sont très appréciées en été. On leur prête beaucoup de vertus médicinales et les personnes âgées vous diront de manger au moins une prune salée par jour. À cause de la transpiration, vous perdez beaucoup de sels et de minéraux importants pour l’organisme. Ce n’est donc pas totalement à côté de la plaque. S’ajoute l’option concombre frais à tremper dans le miso, cette pate fermentée très salée faite à partir de soja.

  • Manger épicé

Ça tombe bien ! Avec tous les restaurants chinois, coréens et indiens que compte le Japon, vous n’aurez aucun mal à vous « dynamiser » en mangeant épicé.

  • Éviter l’air conditionné et les brusques changements de températures

  • C’est un conseil difficile à mettre en application. La climatisation est littéralement partout : supermarchés, cafés, restaurants, musées, transports… Si vous vivez ou voyagez au Japon, vous n’avez que la maitrise de votre intérieur. Souffrant de la chaleur, je dois vous avouer que moi et la clim, on est super bonnes copines. Cependant je suis parfaitement consciente que cela empire mon état. Il est bien meilleur d’avoir à portée de télécommande un ventilateur. Ne serait-ce qu’une petite brise rend tout de suite les températures plus supportables.

    Il s’agit de ne pas créer de choc thermique trop violent. Par ailleurs, je peux vous assurer qu’avec votre clim à 20°C dans votre chambre d’hôtel, partir explorer le Japon sous 35°C sera beaucoup moins tolérable.

    • Porter des vêtements confortables

    C’est une évidence, mais je le case dans mes conseils. Je vous avoue que j’oublie ma dignité, mon style et je sors les pantacourts léger, les t-shirts en coton, et les baskets légères. Si vous prévoyez un séjour, réfléchissez bien à prendre des vêtements dans lesquels vous vous sentez de transpirer de 8h du matin à 22h le soir. De même côté petons, pensez à des chaussures relativement agréables, bonnes pour les longues marches. J’avoue m’en tenir aux baskets, car tout autre type de chaussure combiné à la chaleur me brûlent la peau. Le pire étant étrangement les sandales.

    Natsubate

    Et surtout, on n’oublie pas de porte un couvre-chef.

    • Faire de l’exercice

    Rien de pire que de s’arrêter de bouger lorsque l’on souffre de natsubate. Bien sûr, je ne vous dis pas d’aller courir un marathon (allo crise cardiaque). Cependant, les médecins japonais recommandent de marcher en soirée voire de faire des exercices pour se remettre de sa fatigue estivale.

    • Se lever tôt

    La chaleur est relativement tolérable tôt le matin. C’est entre 11 et 15 heures dans la journée que c’est le plus étouffant. Autant dire que si vous voulez profiter au maximum de votre voyage, vous lever tôt est une bonne option. Vous pouvez ainsi faire une pause en milieu de journée, lorsque le soleil tape le plus fort. Ou encore, vous pouvez caser la visite d’un musée, faire du shopping, faire une activité en interieur (cérémonie du thé, etc). J’ai la chance d’avoir des horaires de travail flexibles. Je me rends donc au travail très tôt et je pars après le pic de chaleur, lorsque sortir est devenu plus tolérable.

    Quelles sont vos techniques pour survivre à l’été japonais ?

    RELATED POSTS

    10 Comments

    1. Répondre

      Isako

      29 juin 2018

      Je vis dans les Relaco aussi tout l’été (mais PAS les Disney !) mais seulement à la maison (je travaille dans une boutique à Ginza, ce serait un peu trop casual mais c’est tentant !). Un vrai bonheur !

    2. Répondre

      Isako

      28 juin 2018

      Je compatis !
      Je vis ici aussi depuis 2013 et chaque année je redoute l’été. La chaleur dans la journée ne me dérange plus trop maintenant. Mon premier été ici il y a 10 ans a été un vrai choc cependant, je ne suis pas sortie de chez moi pendant un mois, et comme je n’habitais pas encore ici, je voyais mon « temps de visa » gâché mais j’étais une fontaine ambulante dès que je mettais le nez dehors ! (Petite anecdote : finalement, au bout d’un mois de vie d’ermite, début août, un ami m’a invitée à une soirée avec plusieurs amis et j’ai pris sur moi et y suis allée. Bien m’en a pris : j’ai rencontré mon mari (Japonais) ce soir-là ! Du coup, j’ai gardé une certaine tendresse pour l’été et les hanabi ( notre première « date »!)

      Mais je redoute toujours les nuits. A partir de fin juin début juillet je sais que je n’aurai pas une bonne nuit de sommeil avant… fin septembre !
      Pour les vêtements, je recommande vivement la gamme Airism de Uniqlo (désolée pour la pub, c’est en toute objectivité, j’espère ne pas avoir commis un impair), qui absorbe vraiment la transpiration et évite la sensation de dégouliner sous un T-shirt ou une robe. Pour moi, ça fait une vraie différence.
      Et je bois des boissons chaudes ou tièdes. Il y a d’ailleurs maintenant des distributeurs de boissons qui vendent des boissons à 20 degrés. Quand il fait 35, ça donne une impression de fraîcheur sans créer un choc à l’organisme.
      Bon courage et passez tous un bel été !
      NB: je pardonne tout à l’été japonais dès que je croque dans une pêche

      • ameliemarieintokyo

        28 juin 2018

        C’est trop mignon comme témoignage !!! Cela fait une belle anecdote à raconter. Merci de ce commentaire et bien sur, pas de souci pour avoir mentionné Airism. Je suis une graaaaaande fan de Uniqlo pour ce type de gamme. C’est super pratique effectivement et bien confortable. Je suis aussi accro à leur relaco que je mets même au travail (bon pas la version Disney ).
        Malgré ma souffrance, je pense que l’été japonais m’apporte aussi une certaine nostalgie. Rien de tel que le son d’un fuurin avec une brise pour me remémorer de bons souvenirs de vie :).

    3. Répondre

      Tameï

      28 juin 2018

      Je pars au Japon dans 1 semaine. Ton article est donc très intéressant.
      J’ai l’habitude de voyager dans des pays chauds et humides mais ces conseils sont bons à savoir 🙂

      • ameliemarieintokyo

        28 juin 2018

        Merci beaucoup et un très bon séjour ! 🙂 (en ayant l’habitude, je pense que tout se passera très bien !)

    4. Répondre

      Chloé

      28 juin 2018

      Mouiller ses vêtements (sombres, plutôt, pour éviter le concours de tee-shirt mouillé comme soi-même sous le regard désapprobateur de sa vieille voisine) si on a la chance de pouvoir rester loin de la clim’ et/ou de travailler de chez soi !
      Et toujours se trimballer son éventail et son thermos de 麦茶 (mugicha : thé d’orge) !

      • ameliemarieintokyo

        28 juin 2018

        Mais c’est bien sûr ! Super conseils ! J’avoue avoir mon éventail dans mon sac à main à partir du mois de juillet et je me colle même de la glace sur la nuque .

    5. Répondre

      Kansaijin

      28 juin 2018

      Super article, superbes photos!

    6. Répondre

      Michael

      28 juin 2018

      J’en rajoute un : en profiter pour aller à Hokkaidō ^^ !

      • ameliemarieintokyo

        28 juin 2018

        Quelle bonne idée !!! 😀 c’est mon rêve !

    Partagez vos impressions, idées et expériences avec moi :)

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.