L’art de la prosternation à la japonaise, le dogeza

La plus forte manière de s’excuser au Japon, est la prosternation contrite, au sol, aussi appelée dogeza. Elle se fait en trois temps: joindre les mains, se mettre à genoux, et poser le front à terre. Une fois étendu, genoux, coudes et front touchent le sol. Cette position est non seulement utilisée pour s’excuser, mais aussi pour signifier le respect envers une personne socialement plus élevée ainsi que pour demander une faveur.

Au Japon, il y a la posture (le tatemae) et le fond de la pensée (le honne), ce qui est très différent. Les excuses relèvent de la première catégorie: on se repend parce qu’il faut se repentir, mais en fait on n’en pense pas un mot.
LaLibre

Un artiste japonais a initié tout un travail sur la prosternation « ultime », s’inspirant un peu du bouddhisme tibétain, dans lequel les prosternations sont spectaculaires, le pratiquant se jetant à terre. Bienvenue dans la compétition pour la prosternation ultime !

Si l’on réfléchit plus en profondeur, la posture du dogeza ou kowtow exprime « la honte » et « vouloir cacher dans le sol ». L’artiste y ajoute l’attitude « de creuser un trou dans le sol ». Mais le problème de la prosternation est bien que celui auprès de qui vous vous excusez est conscient qu’il s’agit là d’un cérémonial pas forcément « sincère ». Dans ce cas, que devriez vous faire ? Sauter ? Creuser dans le sol avec votre tête ? Ce sont des mouvements impressionnants mais déjà connus et popularisés par la télévision. Plus la posture est impressionnante, et éventuellement douloureuse, plus l’excuse sera acceptée.

Pour aller plus loin, rien de tel que le film « le Roi des excuses » (Dogeza no oosama ») dans lequel le Chef du Centre des Excuses de Tokyo, Kuroshima, résout tous les problèmes, du plus petit au plus grand, en s’excusant. Pour le personnage, « la vitesse est importante. Je m’excuse en 22 secondes, ainsi mon visage est tout rouge, et la personne se sent alors supérieure« .

De telles excuses, j’en ai reçu une fois. Alors qu’il m’avait ramené mon Nippon à l’aube, après une soirée arrosée, notre ami ami chinois s’est mis à plat ventre devant moi. Il était 6 heures du matin, j’étais en pyjama, pas franchement réveillée, et je me suis empressée de le faire se relever. Symboliquement c’était fort – trop fort à mes yeux – et surtout, je ne voyais là aucune raison au dogeza.




あやまる時、人は誰でも主人公
”When you apologize, you are a hero”
« Lorsque vous vous excusez, vous êtes un héros »

RELATED POSTS

1 Comment

  1. Répondre

    frenchynippon

    16 décembre 2014

    J’ai vu ce film il y a quelques mois, mon mari était mort de rire alors que ça ne me faisait ni chaud ni froid, je ne suis pas trop humour japonais et exagérations.

Partagez vos impressions, idées et expériences avec moi :)

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.