La calligraphie japonaise

À l’époque des claviers et de l’abandon du papier, l’art d’écrire résiste t-il encore ? Au Japon, la calligraphie est toujours aussi populaire, un art mis aux côtés de la peinture et des toiles célèbres. Elle a de particulièrement beau l’alliance entre le trait, le point, savamment écrit et le sens du caractère calligraphié. Au Japon, la calligraphie est une philosophie de l’harmonie, de l’équilibre dans le tracé, et de la proportionnalité.

Voilà désormais deux ans et demi que j’ai appris à écrire japonais. Les kanji se calquent peu à peu dans ma mémoire, et je commence à avoir l’instinct du trait. Mais je suis toujours dépitée de voir que malgré mes efforts, et la sueur qui perle sur mon front, mes petits kanji auront toujours ce petit air bancal, charmant, de la novice en matière de proportion des idéogrammes. La calligraphie japonaise (shodô) me tente et me tourmente, tant je souhaite la comprendre et peu à peu m’initier.

Entre la Chine et le Japon, il paraît que la différence ne tient qu’au pinceau, les uns l’aimant charnu, les seconds les appréciant fins. Dans tous les cas c’est une culture partagée, les idéogrammes japonais étant originaires de la Chine (kanji signifiant « l’écriture des Huns »).

La calligraphie Japonaise c’est non seulement la beauté mais aussi le sens souvent plus complexe que la signification du hiéroglyphe écrit par le pinceau. L’harmonie et l’élégance des lignes créent non seulement la jouissance esthétique, mais aussi reproduisent la sagesse millénaire. Chaque ligne est justifiée, chaque mouvement du pinceau du calligraphe crée quelque chose beau.
La calligraphie japonaise

Cette vidéo Youtube (merci internet!) vous permet de découvrir un peu mieux l’esprit de la calligraphie japonaise, grâce aux explications gentiment fournies par ce maître.

Dès le primaire, les élèves apprennent les rudiments de la calligraphie dans les classes d’écriture. Au début de chaque année civile, les enfants se rassemblent pour participer à une activité connue sous le nom Kakizome, où ils créent des œuvres calligraphiques symbolisant leurs voeux pour la nouvelle année. Les élèves pratiquent leur écrit pour améliorer leur calligraphie, parfois copiant des calligraphes célèbres du passé. Certains élèves vont même dans des écoles spéciales pour apprendre l’art, assister à des cours dans les soirées et les week-ends pour devenir capable d’écrire de beaux idéogrammes.
What is shodô ?

Lorsque je visites des temples, je collecte les sceaux des temples dans un carnet appelé shuincho (carnet à sceau rouge). Moyennant quelques centaines de yens, les moines réaliseront la calligraphie avant d’apposer le sceau rouge du temple.

Finalement je vous laisse sur un documentaire de la chaine NHK (anglais), approfondissant le sujet de la calligraphie japonaise.

RELATED POSTS

2 Comments

  1. Répondre

    frenchynippon

    19 juin 2015

    C’est vrai que c’est vraiment beau la calligraphie. Ma niece de 10 ans va a des cours de calligraphie depuis un an et demi, apparemment elle a un bon niveau 🙂 Quand mon mari etait dans sa premiere annee de salary-man il s’entrainait aussi dans des cahiers de calligraphie car il n’avait pas une belle ecriture ^^’

    Je collectionne aussi les sceaux des temples depuis fin 2011, a chaque fois que je les regarde j’admire leur beaute, sauf celui qui a ete ecrit au feutre / pinceau… c’est vraiment laid -___-‘

    • ameliemarieintokyo

      21 juin 2015

      Oh des cours de calligraphie ! La chance, j’aimerai beaucoup avoir l’occasion d’en faire.

      Oui… j’ai aussi un sceau que je considère un peu bâclé en mode « oh c’est une gaijin, je peux être négligent » (ou alors il était juste fatigué) fait au feutre. grr.

Envie de réagir ?