Envie de faire du kickboxing à Tokyo? Découvrez Tokyo Girls Kick

kagurazaka girls kickboxing club

Vivre à Tokyo est très agréable, mais pas toujours reposant. La ville vit à 100 à l’heure et lorsque l’on travaille dans une entreprise japonaise, on accumule les heures de boulot au compteur. J’ai longtemps fait du jogging pour évacuer le stress et me défouler. Mais je me préoccupe de plus en plus de la pollution de l’air dans la capitale nipponne, et de l’impact que cela peut avoir lorsque l’on fait du sport en extérieur. Alors quand une amie m’a suggéré d’aller tester un cours de kickboxing, j’ai sauté sur l’occasion (parce qu’à deux c’est mieux, et aussi parce que je suis une trouillarde…).

Un club de kickboxing très rose

Nous n’avons pas mis très longtemps à trouver un club de kickboxing. Nos critères de recherche étaient simples: la proximité boulot pour moi, maison pour elle, soit dans les environs de Kagurazaka, le quartier français. J’avais envie d’un cours non mixte, pour  ne pas me mettre la pression et pouvoir étaler au grand jour mon manque de coordination sans complexe. Je suis tombée (totalement par hasard!) sur Tokyo Girls Kick, une franchise de club de kickboxing pour femme, créée en 2017. Il existe actuellement 6 clubs qui font partie du réseau, 4 à Tokyo, 1 un à Osaka et 1 à Okinawa.

On pardonnera leur ligne marketing très girly et rose. Au Japon, les schémas classiques du rose pour les filles et du bleu pour les garçons ont encore de beaux jours devant eux, et ça marche du tonnerre.

Réserver une leçon d’essai est assez facile – à condition que vous lisiez un minimum le japonais. Tout se fait en ligne. Vous recevez un email de confirmation ainsi qu’un email de rappel un jour avant la classe. On vous précise d’avoir une tenue de fitness, des serviettes de bain, une grosse bouteille d’eau. Le cours se fait pieds nus – une évidence pour probablement 99% des gens. Sauf la cruche que je suis, ayant acheté une nouvelle paire de chaussures de sport. Pour rien, donc.

Le jour J, je fais moins la maline

Il est 19h30 et pour moi l’heure de sortir du bureau pour pour rejoindre le cours de 20h. Ma bravoure des jours passés a pris sa journée et je suis nettement moins sûre de moi. Face au bâtiment – qui ne paye pas de mine, je prends mon courage à deux mains, direction le 3ème étage. La salle d’entrainement est déjà occupée par pas mal de boxeurs et on entend des sacs de sables se faire méchamment maltraiter. Alors que l’on ouvre la porte vitrée, on est consciente que tous les regards sont braqués sur les étrangères qui débarquent. Je me dis, a posteriori, que c’est sans doute bien plus stressant côté japonais d’avoir à gérer des clientes étrangères.

La salle est petite mais agréable. Les vestiaires filles un peu rudimentaires, mais l’atmosphère est chaleureuse et passée la surprise de voir des françaises, les autres élèves sont curieuses et amicales. La plupart ont rejoint le club dès sa formation ou presque, et semblent tout à fait à l’aise avec le déroulement du cours.

kagurazaka girls kickboxing club

Conquise par K.O.

Je suis de manière générale assez active – moins l’hiver, et même si je n’ai jamais été abonnée à un club de gym, je fais régulièrement du fitness à la maison. Ce premier cours de kickboxing m’a renvoyée directe à la définition du mot sport dans le dictionnaire. Je ne m’étais jamais sentie aussi épuisée et en sueur de ma vie. J’ai pourtant fait de la danse, du badmington, de l’escalade, de la piscine, du jogging, bref, du sport quoi.

C’est sur les rotules donc, que j’ai signé mon contrat d’abonnement. Passées les informations privées, on passe à un petit questionnaire classique: comment nous avez-vous trouvés, quelles sont vos motivations, avez-vous fait du sport en salle auparavant etc. Nous signons aussi une décharge de responsabilité du club en cas de blessure.

Quelques semaines plus tard…

 Je suis accro! L’ambiance est géniale, les instructeurs adorables, et mine de rien, je progresse. Le cours permet de se dépenser et de véritablement se déconnecter pendant une heure. J’ai reçu mes gants (roses!) et j’attends avec impatience mes leçons.

Je me sens en forme, j’ai découvert des nouveaux muscles (le dos!), ma peau est plus belle. J’ai l’impression d’avoir donné un coup de fouet à mon quotidien et d’être bien plus dynamique.

Les professeurs font tout pour nous faire progresser sans pour autant nous mettre la pression. Les rires fusent, les blagues vont bon train, et on ne sent jamais ridicule. Les autres utilisateurs de la salle – plutôt ‘masculins’, mais pas que! – ne prêtent guère attention au cours, mais je sens une grande gentillesse à l’égard des débutants. J’irai jusqu’à dire que certains garçons sont très admiratifs…

kagurazaka girls kickboxing club

Déroulé global d’une classe de kickboxing:

  • 5 minutes d’échauffement
  • 15 minutes Apprentissage et répétition de mouvements (bras, puis jambes) dans le vide (shadow-boxing) et contre bouclier
  • 15 minutes Répétition d’enchainement de plus en plus rapide dans le vide (shadow-boxing) et contre bouclier
  • Rotation de 2 à 3 minutes: cardio / sac de frappe / Entraînement contre bouclier avec un instructeur
  • 5 minutes d’étirements

Après les étirements, les instructeurs restent à la disposition de celles qui ont des questions. Les quelques minutes passées seule avec un instructeur permettent de corriger ses mouvements et de vraiment se lâcher. Le déroulement de la classe est consistant, mais selon les profs, les exercices vont varier et ils n’insistent pas tous sur les mêmes parties du corps. Le propriétaire de la salle, un champion de Muay Thaï, insiste beaucoup plus sur la souplesse des jambes par exemple.


Site de la franchise Tokyo Girls Kick

Leur Insta

Site du club de Kagurazaka

Leur page Facebook

Accès: 〒162-0818 東京都新宿区築地町6番地北星ビル3F(5 minutes à pied, sortie 1)

  • Lesson d’essai: 3,240 yen
  • Abonnement mensuel (2 cours par semaine): 10, 800 yen (virement bancaire automatique)
  • Frais d’inscription: oui (varie selon la date d’inscription, en dessous de 10,000 yen).

Calendrier des classes

BOOKING (Japonais)

ameliemarieintokyo

Née en 1988, dans la région nantaise, baccalauréat littéraire. Études juridiques: M1 droit économique communautaire et international, M2 Droit Maritime. DUT de Français langue étrangère. Addiction: littérature, journaux, cinéma (Ozu, Kurosawa), voyager.

RELATED POSTS

5 Comments

  1. Répondre

    tetoy

    11 août 2017

    Et du coup. Tu continues toujours ? Ca fait toujours autant de bien au corps et à la tête ?
    En tout cas ça à l’air vraiment sympa comme ambiance.

    • ameliemarieintokyo

      15 août 2017

      Oui, je continue et je compte même m’inscrire à plus de classe. C’est la découverte du siècle!!

  2. Répondre

    Naomi

    13 août 2017

    Hey!
    Ça donne vrmt envie de tester! Où se situe le club ? Et sinon, est-ce que tu connais un club de Crossfit aux alentours de kita-ku? Je pose beaucoup de questions, désolée, mais j’emménage prématurement à tokyo 🙂
    Encore merci pour cet article!

    • ameliemarieintokyo

      15 août 2017

      Bonjour, pas de souci! Désolée je ne connais pas du tout le cross fit. Le club est situé à côté de la station de métro Kagurazaka!

Envie de réagir?