Du kickboxing à la boxe Muay Thai: 6 mois après

Muay Thai

En juin dernier, je partageais avec vous ma découvert du kickboxing dans une salle de gym dédiée à la boxe Muay Thai. Depuis, mon quotidien a carrément été chamboulé!

Cela fait maintenant près de 6 mois que je me suis inscrite à la salle de Muay Thay (Kuramitsu Muay Thai Gym) pour des cours de kickboxing. J’ai eu envie de partager mon expérience sous forme d’un petit bilan et de mettre un peu plus en avant l’ambiance de la salle.

De Girls Kick à Ladies Muay Thai

J’ai découvert la boxe à la salle Kuramitsu à travers le partenariat avec la franchise Girls Kick, des cours (intenses) de kickboxing destinée aux femmes. Depuis mon inscription, la salle a décidé de mettre fin au partenariat – et c’est peut être pour le mieux. En effet, la franchise très orientée entrainement intense mais aussi ‘diététique’ imposait d’afficher des posters dans le vestiaire des femmes avec des messages type « un repas par jour suffit ». Pas vraiment une philosophie qui colle avec la boxe Muay Thai et ses membres.

Le partenariat a pris fin et les posters sont partis, mais la formule des cours, elle, est restée! Rebaptisée Ladies Muay Thai, les classes que je prends n’ont pas tellement changées. L’entrainement est sans doute devenu plus flexible car les instructeurs peuvent introduire des exercises différents. Ils prennent aussi plus le temps de nous corriger pour que l’on s’habitue à faire les mouvements correctement. On est très encouragé à participer aux cours mixtes classiques et à passer les licences.

Petit topo de novice sur kickboxing vs Muay Thai: ce sont deux sports relativement proches, le kickboxing étant un terme assez générique pour parler d’un sport de combat né d’un mélange de plusieurs disciplines (karate, full contact, boxe thai) et insiste sur les poings/pieds, tandis que la boxe thai est un art martial thailandais qui a introduit les règles de la boxe anglaise et dans lequel on peut utiliser pas mal de coups (poings, pieds, coudes, genoux…). Si je me trompe ou si vous souhaitez apporter des précisions, les commentaires sont ouverts!

Bon pour le mental!

Je voulais un sport qui m’aide à surmonter mes insomnies et à libérer le stress du quotidien. M’inscrire à la salle fut un très bon choix. Je me sens moins stressée et mes classes me permettent de me défouler. C’est une pause d’une heure pendant laquelle je fais le vide et je ne pense à rien d’autre qu’au sport. Mine de rien, c’est une activité exigeante qui demande un minimum de concentration.

Au début, une grande difficulté que j’avais durant les classes était d’affronter le miroir. On s’entraine devant un très grand miroir qui occupe tout un mur de la salle, afin de se corriger. Cela veut dire se regarder et faire attention à son corps, ses mouvements, sa position, alors qu’on est pas au top du glamour…

Pas moi pendant l’entrainement

Oui, voilà, on est plus proche de la réalité.

Cependant, ces derniers mois, j’ai pris plus confiance en moi et j’affronte un peu mieux le miroir. Je suis d’un naturel assez réservé et timide mais la boxe m’a par ailleurs fait découvrir une force que je ne soupçonnais pas! J’ai pris mon courage à deux mains et dernièrement j’ai entrepris de nouveaux projets qui me terrifiait auparavant.

« Tiens prends toi ça, espère de palmier endimanché »

Bon pour le moral

Rien de tel qu’aller à la salle pour retrouver la pêche. Crise de fous rires garantie alors qu’on s’apprête à faire un exo et que la playlist passe Eye of The Tiger pile à ce moment là!

(Très) Bon pour le physique!

Nos classes nous font travailler la force, mais aussi la souplesse, l’équilibre, la rapidité et la précision. En une heure on enchaine échauffement, entrainement, pratique, entrainement musculaire, sac de sables, étirements. C’est le passage à la moulinette deux fois par semaine en somme, et ça se ressent au fil des mois.

J’ai gagné en muscle (beaucoup) – sans tomber dans l’excès et la carrure d’armoire à glace. Côté balance, je n’ai pas vraiment perdu de kilos, ceci dit j’ai fait le choix volontaire de ne pas chercher à contrôler mon alimentation (après des années de troubles alimentaires, exit le mot « régime »). Par contre, j’ai quand même perdu quasiment 3 tailles de fringues et j’enfile à l’aise des vêtements que j’avais remisé au placard.

Une inquiétude que les femmes peuvent avoir, c’est de se muscler un peu trop les épaules et les bras. Les premiers mois, j’ai effectivement pris du volume (arg!) mais assez rapidement, mes bras et mon cou se sont affinés. J’ai pu me rassurer en enfilant une de mes chemises dont les manches et le col sont très ajustés. Je suis pas mal fière de mes abdos qui commencent à bien se voir et de mes bras qui se dessinent un peu!

Se faire des amis japonais… Et améliorer son japonais!

S’inscrire à une salle de sport est l’idéal pour faire des rencontres et développer des amitiés avec les japonais. Le groupe est très important culturellement. Dès l’inscription on a été très bien accueillies et intégrées, forcément un peu un objet de curiosité au début, mais on est vite devenu la « normalité ».

Évidement, pour pouvoir développer des liens avec les employés et membres de la salle, il faut aussi se plier au jeu et se joindre aux évènements régulièrement organisés (soirée d’intégration pour les nouveaux venus durant laquelle tout le monde se présente un par un, se joindre au groupe lors des compétitions, soirée de fin d’année…). En tant qu’étranger, ça peut être un poil intimidant, mais le jeu en vaut la chandelle. Pour ceux que cela inquiète, boire de l’alcool est sans doute encouragé, mais si vous ne souhaitez pas boire, personne ne vous forcera. Le propriétaire de la salle, ancien champion, ne touche pas à l’alcool et s’en tient sagement au coca-cola.

L’effet bonus, c’est qu’on a plein d’occasion de parler en japonais, d’apprendre au passage de nouveaux mots et expressions. Par exemple, durant les classes, l’instructeur est vraiment extra à faire des efforts pour reformuler quand je ne suis pas sûre d’avoir bien compris.

Je recommande à fond la salle de Kagurazaka parce que l’ambiance est top, on rigole, on se sent encouragées et tout le monde est très sympas. Ce serait vraiment cool d’y croiser d’autres français(es) ;).

On vous attend!

ameliemarieintokyo

Née en 1988, dans la région nantaise, baccalauréat littéraire. Études juridiques: M1 droit économique communautaire et international, M2 Droit Maritime. DUT de Français langue étrangère. Addiction: littérature, journaux, cinéma (Ozu, Kurosawa), voyager.

RELATED POSTS

5 Comments

  1. Répondre

    Marjorie

    24 novembre 2017

    Coucou ! Je te lis depuis quelques mois, quel plume agréable ! Aujourd’hui j’habite Osaka, depuis une semaine et pour au moins deux ans… J’aimerais beaucoup me mettre au sport, en club parce que ça motive, mais je ne parle pas du tout japonais. C’est handicapant ? Bien sûr je compte apprendre, mais j’ai pas vraiment envie d’attendre… D’autant plus que les cours pour débutant ont l’air peu efficace dans le coin, alors si je dois attendre de bien parler pour m’inscrire en club je suis pas prête de me mettre au sport je crois :s

  2. Répondre

    Viedeherisson

    27 novembre 2017

    J’avais essayé un cours l’année dernière de boxe thaï. C’était un cours mixte, tous niveaux confondus. J’avais pas aimé car je n’étais pas du tout guidée alors que j’en avais jamais fait! Mais ton article me donne envie de re essayer dans un autre centre. C’est un sport tellement complet, c’est ce que je recherche !

    • ameliemarieintokyo

      27 novembre 2017

      J’imagine totalement la déception avec ce genre de leçon! J’ai rejoins un temps le cours mixte niveau débutant et j’ai eu du mal car dans la classe se trouve malheureusement des débutants (genre moi) et des débutants qui en font depuis au moins 6 mois et qui sont prêts à passer au niveau supérieur. J’ai mal vécu décalage dans les exercices par pair et je vais attendre un peu avant de retenter. L’ambiance de la classe, du club en général, compte beaucoup! J’espère que tu trouveras mieux 🙂

  3. Répondre

    tetoy

    27 novembre 2017

    Oh génial. Je suis contente que tu es fait un article dessus.
    C’est vraiment que du bonus ce sport !
    Il me manquerait un p’tit coup (non en fait un bon coup) de motivation pour arriver à m’inscrire dans une salle.
    Mais ça vaudrait le coup ! Mais il faudrait trouver une salle aussi bien que la tienne. Et c’est pas dit qu’il y en ai tant que ça.
    En tout cas, bien sympa ce retour 🙂

    • ameliemarieintokyo

      1 décembre 2017

      J’espère que tu trouveras une salle 🙂 honnêtement j’avais tellement la trouille la première fois… Mais une fois la porte passée, nickel ^^

Envie de réagir?