J’ai (enfin) obtenu mon visa de conjoint de japonais !

visa de conjoint de japonais

Après m'être fait des cheveux blancs sur les papiers à remplir et m'être étripé avec mon mari sur les papiers à fournir, je suis enfin l'heureuse détentrice du visa de conjoint de japonais. Il était temps !

Le Japon est un pays qui a perfectionné l’administration au point de non retour et la demande du visa de conjoint de japonais pourrait sembler facile. Erreur. C’est peu dire qu’assembler tous les formulaires, documents et actes administratifs demande une bonne organisation, des nerfs et une patience infinie.

J’avais abordé le début de mes aventures administratives au Japon au début du mois d’aout. Mariée à un japonais, il ne me manquait plus qu’à demander un changement de statut de résidence. Je passais ainsi du visa Vacances-Travail à celui de visa de conjoint de japonais.

Août, la demande du visa de conjoint de japonais.

Ayant déposé le bébé, pardon, le dossier, le 5 août, deux chronomètres étaient lancés. Le premier, les 30 jours durant lesquels l’administration est sensée fournir une réponse (oui / non). Le deuxième, les quelques jours d’extension me permettant de rester après l’expiration de mon visa actuel. Celui-ci, valable jusqu’au 22 août, allait donc prendre fin durant la procédure. Il s’agissait d’un calcul de ma part. En effet, cette procédure (oh joie), je vais devoir la recommencer l’année prochaine. Autant profiter jusqu’au bout de mon premier visa, donc. Fin août, je commence à grincer des dents. Cependant en plein milieu du mois le Japon a célébré le O’bon, une fête traditionnelle durant laquelle une partie du Japon tourne au ralenti. Voir prend des vacances. Je ne panique pas (encore). Il reste du temps.

Septembre, l’attente…

Début septembre, je suis dans le déni. Si je n’ai pas de nouvelles dans 2 jours, j’appelle. Bon, allez, encore 2 jours. Finalement, je reçois un courrier (youpi, mais non) me demandant … de confirmer ma domiciliation. D’accord. Mon adresse est écrite sur à peu près tous les documents. Mais quand je vous dis qu’au Japon, pour obtenir un document, il vous en faut trois, signés, tamponnés, vérifiés et vieux de moins de 6 heures…

Je me rue à la mairie, je remplis un formulaire de demande pour obtenir mon attestation de résidence. Notez qu’il faut que je remplisse un papelard pour en avoir un autre, pour… Et je le renvoie même pas 24 heures après la réception de cette demande de document complémentaire. Sur la carte, la liste est d’ailleurs très, très longue. Je suis bien heureuse de n’avoir pas autre chose à fournir.

Une semaine passe. Puis une autre. Je farfouille dans mes documents et retrouve mon autorisation d’extension de séjour. Rapide calcul de tête, je réalise que dans une semaine, je suis en overtstay donc une migrante illégale.

Je lis les petites notes :

  1. Si le délai de 30 jours est passé sans réponse de l’administration, vous devez prendre contact avec celle-ci.
  2. Passés les 40 jours d’extension de votre visa, sans réponse sur votre dossier, vous entrez dans l’illégalité. L’administration peut à tout moment déclarer votre expulsion du territoire.

Évidement, bonne nerveuse que je suis, j’entre en mode alerte rouge. Je m’explique maladroitement en japonais auprès de mes (adorables sauveurs) beaux parents japonais, qui ont appelé au plus vite les bureaux de Shinagawa.

– « Cool raoul*, l’enquête est finie**. On envoie la réponse immédiatement. »

(*connaissant le sérieux des japonais, c’est bien évidement un dialogue digne de la SF).
(**Enquête ? Hein ? Oh puis zut, je m’en fous.)

Ce n’est pas trop tôt ! Nous avons eu la confirmation jeudi, alors que le mercredi suivant, je devenais une criminelle. Le vendredi, je suis dehors toute la journée. Je suis donc très impatiente en rentrant en début de soirée, sachant que j’allais forcément avoir reçu la réponse de l’immigration dans ma boite aux lettres.

Et là, le suspens. 

Je me pète un ongle sur mon ouverture de boite aux lettres (effet coffre-fort). Et je trouve… Un avis de passage de la poste. UN AVIS DE PASSAGE DE LA POSTE. Merde.

Lorsque vous déposez un dossier à l’immigration japonaise, vous remplissez en effet une petite carte postale avec votre adresse. En cas d’acceptation, celle-ci indique quand vous devez repasser pour obtenir votre sésame et les papiers à apporter. Sinon, en cas de refus, vous recevrez en recommandé un avis de refus de statut ou une demande d’entretien. Ce dernier est destiné à approfondir l’enquête de votre profil et de votre couple.

L’immigration, c’est comme doctissimo. Mieux vaut ne pas chercher.

J’ai beau avoir cherché dans les tréfonds de Google en français et en anglais personne n’a jamais eu la petite carte en recommandé. Mon coeur se glace à l’idée de faire des recherches en japonais. C’est bien ma veine. Entre moi, mon japonais maladroit et mon mari parti en Ingushetia (une République entre la Tchétchénie et la Géorgie). Tout de suite, j’ai des sueurs froides. Je m’imagine bonne pour passer au grill des officiers japonais.

Il me faut attendre le lendemain pour savoir quel horrible document je vais recevoir. J’en suis déjà à consulter les cabinets d’avocat spécialisé dans l’immigration. Internet déverse des histoires horribles de couple déchiré par une administration sans coeur. C’est à peu près le même processus stupide qui vous pousse à aller sur doctissimo lorsque vous avez un symptôme bizarre. À 90% on vous annonce votre mort certaine dans les prochaines 48h.

J’ai passé une nuit fantastique à rêver que je ratais le passage du facteur. Résultat, à 7h pétantes je suis debout. Les heures défilent. J’ai pourtant demandé au service automatique de programmation de livraison (j’adore le Japon) de passer dans la matinée (comment ça 11 h c’est encore le matin ?!). À 11h30, enfin, l’interphone sonne.

Je me liquéfie. Le facteur sort de l’ascenseur et me tend… une carte postale. Qu’ils sont rigolos à l’immigration japonaise ! La carte m’indique d’apporter mon passeport, ma carte de résidente, cette carte postale et 4000 yens sous forme de timbre fiscal. Encore autre joyeuseté de l’administration japonaise, croyez moi, ce timbre est très – trop – fréquemment utilisé. Je n’ai alors aucune idée de ce qu’est un Shyûnyûinshi (収入印紙, しゅうにゅういんし) mais je danse de joie. J’ai jusqu’au 3 octobre pour aller aux bureaux de Shinagawa, au comptoir D5. Qui n’existe toujours pas et qui s’appelle en réalité « Sôdan » (相談、そうだん) – conseil.

Shinagawa, les portes de l’enfer

Je m’y rends le lundi matin en me disant qu’a priori il n’y aurait que peu de monde. Erreur, mon cher Watson, erreur. Heureusement pour moi, la queue de bien 150 personnes est pour le dépôt des demandes et non pas pour le retrait. Malgré une salle d’attente bien remplie, je ne devrais pas avoir besoin de camper pour un siège. J’achète mon timbre au conbini du rez-de-chaussée, ayant une file spéciale pour cet item (j’adore le Japon). Je prend un ticket d’attente et après 4 personnes, je tends tous les documents, signe une preuve d’achat du timbre fiscal et je retourne m’asseoir.

Une petite demi-heure plus tard, un malheureux employé essaye de lire mon nom. Je ne sais pas pourquoi, j’ai su avant même qu’il ouvre la bouche que c’était pour moi, tandis qu’il essayait de déchiffrer mon passeport en plissant les yeux :

« … Furansu … hm … Llll…lé Bue…fuu… »

Je me suis précipitée pour lui éviter plus de souffrance et on s’est marré tous les deux. Il me tend mon ancienne carte de résidence, assassinée d’un coup de poinçon, et ma nouvelle carte, que je dois vérifier. Hourra ! J’ai mon visa de conjoint de japonais ! Sur mon passeport, rien n’a bougé. Autant dire qu’il ne faut pas perdre cette fameuse carte d’identité japonaise.

Au revoir bureaux de Shinagawa ! À dans 11 mois !  

RELATED POSTS

28 Comments

  1. Répondre

    Alienor

    16 octobre 2018

    Bonjour,

    Je suis actuellement dans toute cette paperasse qui a été la tienne il y a quelques années…
    C’est vraiment pas facile tous les jours mais j’arrive enfin à voir la lumière au bout du tunnel !!
    Je me demandais, quand tu dois au bout d’un an, refaire ta demande, tu fais exactement le même dossier que pour ta première demande de visa de conjoint ? Ou alors, il y a quelques documents qui diffère ?

    En attendant une réponse,

    Merci de ton blog, qui m’a beaucoup aidé dans mes démarches !

    • ameliemarieintokyo

      19 octobre 2018

      Bonjour ! Non, le dossier est légèrement différent avec d’autres pièces à fournir :). Bon courage !

  2. Répondre

    mellelachieuse

    11 février 2016

    génial 🙂 vous vous étiez mariés quand ?

  3. Répondre

    Odile

    6 octobre 2014

    Hello,

    excellent ton article mais quel stress ! je suis impressionnee ! bravo pour ton blog

    • Amélie-Marie

      7 octobre 2014

      Merci beaucoup ! Oui, en effet, étant nerveuse, ça m’a beaucoup inquiétée. Pour tout le reste je suis zen, mais pour les papiers, pfiou !

  4. Répondre

    mm0shi

    6 octobre 2014

    C’est bien romancé et pas simple, néanmoins comparé à la France et surtout en région parisienne, les démarches et organisation au Japon sont drôlement simple et confortable.

    Pour ma femme, en France, c’est une galère pas possible tous les ans, surtout quand on devait aller sur Bobigny (93), car rajouter à tout le bordel administratif, aux démarches et papiers à fournir, il fallait se lever à 4h, être sur place avant 5h, faire la queue dans le froid, sous la pluie le cas échéant, juste pour essayer d’avoir un des tickets disponible pour déposer son dossier…

    Pour un(e) japonais(e) en France c’est carrément plus choquant de subir tout ça, que pour un étranger au Japon.

    • Amélie-Marie

      7 octobre 2014

      Merci de ton passage et de ce témoignage.

      Oui, pour moi c’est une évidence que le Japon reste plus simple par rapport à la France. Disons qu’ils sont réglo au niveau organisation, alors que j’ai entendu des histoires pas possible sur les procédures françaises.

      Loin de moi donc l’idée de dire que le parcours japonais est horrible, mais il offre ses petites embûches et la perspective d’être en galère de vie n’est drôle nulle part.

  5. Répondre

    mm0shi

    6 octobre 2014

    C’est bien romancé et pas simple, néanmoins comparé à la France et surtout en région parisienne, les démarches et organisation au Japon sont drôlement simples et confortables.

    Pour ma femme, en France, c’est une galère pas possible tous les ans, surtout quand on devait aller sur Bobigny (93), car rajouter à tout le bordel administratif, aux démarches et papiers à fournir, il fallait se lever à 4h, être sur place avant 5h, faire la queue dans le froid, sous la pluie le cas échéant, juste pour essayer d’avoir un des tickets disponible pour déposer son dossier…

    Pour un(e) japonais(e) en France c’est carrément plus choquant de subir tout ça, que pour un étranger au Japon.

  6. Répondre

    Claire (Another Green Story)

    1 octobre 2014

    ça c’est une super nouvelle !!!!!!! Toutes mes félicitations madame l’épouse japonaise 🙂
    (Que de stress … brrr :x)

  7. Répondre

    petite_bulle

    1 octobre 2014

    Félicitations…je suis passée à peu près par les mêmes étapes (avec moins d’attente quand même, il faut l’avouer), en changeant de statut en France (Malgache qui épouse un Français)…les démarches administratives sont pénibles…

  8. Répondre

    petiteyaye

    1 octobre 2014

    Ah ah ! Le réflexe doctissimo du mariage… je t’assure que pour les couples franco-sénégalais y’en a de bonnes aussi !!! Sympa ton article merci 😉

    • Amélie-Marie

      1 octobre 2014

      Merci !
      Ça ne m’étonne pas ! Dès que tu sors de l’Europe, ça devient un parcours du combattant d’établir des papiers. C’est aussi terrible les préjugés administratifs fondés sur les nationalités. Si je n’étais pas française, mais russe ou philippine, ça ne se serait pas passé aussi simplement…

    • petiteyaye

      1 octobre 2014

      Quoi ?! Des russes ou des philippin(e)s qui veulent se marier avec des japonais(es) ? Non mais franchement, on aura tout vu ! 😉

  9. Répondre

    ladyelle134

    1 octobre 2014

    Toutes mes congrat’s et… Champagne ! 🙂

    • Amélie-Marie

      1 octobre 2014

      Merci ! Gros soulagement, je me voyais déjà embarquer à l’aéroport xD (ils t’emmènent de force, prennent ta carte de credit et payent avec pour le premier avion – quand tu as de la chance d’être occidental, sinon c’est Manu militari renvoyé par bateau dans le sud de l’Asie/ l’Afrique).
      (Peut être aussi par avion, mais par bateau, c’est un interprète japonais qui me l’a dit).

  10. Répondre

    fafa expat

    1 octobre 2014

    oh chouette nouvelle, congratulations, roh j’imagine ce stress mais tu dois être si contente et soulagee, allez hop Champagneeeee

    • Amélie-Marie

      1 octobre 2014

      Oui ! Merci beaucoup o/. Je peux m’installer plus durablement !

  11. Répondre

    Tameï

    1 octobre 2014

    Félicitations pour le visa (et d’avoir survécu au stress de l’attente) !

    • Amélie-Marie

      1 octobre 2014

      Merci beaucoup ! Je crois qu’il faut que je me mette au zen ! 🙂

  12. Répondre

    ifeelblue

    1 octobre 2014

    yaaaaay félicitations! ça a été le parcours du combattant mais tout est bien qui finit bien 🙂

    • Amélie-Marie

      1 octobre 2014

      Merciiiiii

      J’espère (vraaaaiment) que l’année prochaine j’aurai un travail. Ça irait beaucoup plus vite avec une feuille d’impôt (« oh bah elle paye, c’est bon les gars, on tamponne ») ^^.

  13. Répondre

    Madame Ananas

    30 septembre 2014

    Roh la galère! Bravo en tout cas! Les pays avec les administrations ++++ devraient parfois essayer de faire une fois les chemins demandés… Ils verraient que c’est n’importe quoi!
    A+
    Karine

    • Amélie-Marie

      1 octobre 2014

      Merci beaucoup (j’adore ton pseudo !).

      Et oui ! Si seulement les mecs – derrière les bureaux là, oui oui, on vous voit – qui inventent toutes ces procédures les testaient aussi, hein, peut être qu’ils auraient moins d’idées fendardes pour nous torturer ^^. Je pense qu’en France c’est même limite pire que le Japon.

    • Madame Ananas

      1 octobre 2014

      Merci 🙂 Aux USA en tout cas c’est le meme bordel… Pour louer un appart il faut un compte en banque mais pour ouvrir un compte en banque il faut une adresse fixe aux us (pas hotel, pas logement temporaire…)

  14. Répondre

    Béné

    30 septembre 2014

    Youpi youpi ! C’était girigiri mais je suis trop contente pour toi !
    Sors le champagne !
    Mais ils t’ont pas mis ton nom de famille japonais sur la carte (à mois que tu n’ai pas changé de nom) ?

    Mince je veux me marier xD

    • Amélie-Marie

      30 septembre 2014

      Alors figure toi que pour changer de nom c’est l’ENFER SUR TERRE.

      Il ne faut SURTOUT pas le faire avant de demander le visa d’épouse pour la première fois (j’ai lu que ça avait créé de gros gros problèmes pour des épouses étrangères).

      Avec la France, ce n’est apparemment pas possible, je te retransmets la réponse obtenue de l’ambassade:

      « Dans l’état civil français, vous ne pouvez pas changer de nom de famille et conserverez donc votre nom de naissance. Par contre vous pouvez utiliser le nom de votre époux comme nom d’usage.

      Je vous invite le site du Service Public concernant cette procédure : http://vosdroits.service-public.fr/particuliers/F868.xhtml « 

    • Béné Australie

      2 octobre 2014

      Salut Amélie-Marie,

      J’ai découvert ton blog ce week end complètement par hasard en navigant sur expat blog, étant bloggeuse moi-même j’aime bien lire d’autres blogs.

      En plus je trouve que dans la section Japon, qui ne m’intéresse d’ailleurs pas particulièrement à la base, les blogs sont assez qualitatifs. J’aime bien celui, de mon homonyme Béné, celui d’Agnès et de Dibat, mais j’avoue que j’ai trouvé le tien particulièrement intéressant, très varié, très fouillé, extrêmement bien écrit et cerise sur le gâteau, sans fautes.

      Bref je me suis fait l’intégrale (y compris section Turquie, Russie et Ouzbékistan) dimanche matin dans mon lit depuis mon Ipad et tu peux désormais compter une lectrice supplémentaire !

      Béné Australie

    • Amélie-Marie

      2 octobre 2014

      Olalala, c’est trop gentil !

      Merci beaucoup de ce retour qui me va droit au palpitant ! Je vais de ce pas découvrir Bene « en Australie » (un pays pour lequel j’ai longtemps hésité à faire un WHV, mais la vie en a – pour le moment – décidé autrement). C’est vraiment drôle cette coïncidence d’homonymie.

      Merci encore !!

Partagez vos impressions, idées et expériences avec moi :)

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.