Je me rappelle toujours mon envie lorsque j'ai découvert le sac magique de Hermione Granger dans Harry Potter. "Mais quelle idée de génie !" avais-je pensé. Au fil de ma vie, j'ai été amenée à changer de sacs, à changer de liste d'indispensables à avoir sur moi. Alors aujourd'hui je vous dresse la liste des trucs que j'ai toujours dans mon sac au Japon.

C’est en prenant le train du côté de Shibuya l’autre jour que j’ai réalisé à quel point la mode du sac à main transparent semble avoir de beaux jours devant elle (du moins au Japon !). J’ai alors réalisé qu’aussi élégant et attrayant que soit ce type de sac, en avoir un équivaudrait à exposer un foutoir sans nom. Je suis minimaliste partout, sauf dans mon sac à main. Petit tour de mes indispensables que j’ai toujours dans mon sac au Japon.

sac au Japon

Le portefeuille mille-feuilles

Bien que j’utilise une super app pour gérer mes cartes de fidélité, beaucoup sont encore à l’époque du papier et du tampon encreur. La carte de fidélité est une institution au Japon et (vraiment) un bon moyen de valoriser ses achats.

(Pss, pour l’app c’est par ici : stocard)

Évidemment, j’ai de la thune. Par thune, j’entends des liasses de billets, parce que je paye tout en monnaie depuis que je vis au Japon. L’avantage, c’est que cela m’a appris à être économe. Je n’ai jamais fait autant d’économies que depuis que je vis à Tokyo ! J’ai une carte de retrait, une carte de crédit (que je n’utilise qu’en ligne). S’y trouve aussi ma carte française en cas d’urgence.

Indispensable aussi ma carte de résidence japonaise. Bien que je ne me sois jamais fait contrôlée en 5 ans, les étrangers habitant au Japon sont sensés l’avoir sur eux à tout moment.

Enfin, j’ai toujours à portée de main quelques cartes de visites – les miennes et celles de mon mari. L’expérience m’aura enseignée que l’on ne sait jamais qui l’on va croiser au cours d’une journée !

Mon portable

Je pourrais faire la blague et vous dire « ouais nan en fait, il est 90% du temps dans ma main ». Sauf que prendre le guidon et pédaler pendant un an m’a fait prendre conscience à quel point :

  1. Les gens ont le nez dans leur téléphone
  2. Et pensent faire attention à ce qui se passe autour d’eux
  3. … Mais en fait NON.

Au Japon, piétons et cyclistes le nez sur le téléphone, c’est un peu le même combat. Depuis, donc, je me suis bien calmée sur le 歩きスマホ (« utiliser son smartphone tout en marchant ») et mon téléphone dort sagement dans mon sac.

Les sacs de courses réutilisables (et un sac iso)

C’est bien simple, à la maison j’en ai bien une dizaine et dans mon sac, j’en ai toujours au moins 3. Parce que je ne supporte plus les sacs plastiques jetables (merde) que l’on nous donne pour un oui ou pour un non. Soyez sympa pour la planète, faites comme moi. Ça pèse trois fois rien et ça prend zéro place !

J’ai aussi un sac isotherme car la chaleur de l’été japonais est redoutable. Il n’est pas rare que je fasse des courses relativement loin de chez moi. Du coup, sans sac iso, le temps de ramener certains produits frais et c’est la cata. Beurk.

Les baguettes et couverts réutilisables

Un grand merci à Nee Aman pour l’inspiration. Déjà au travail j’ai ma paire de baguettes et de couverts pour mon déjeuner. Nouvelle habitude prise au Japon. Mais l’expérience peut aller plus loin. Troquez donc les baguettes jetables du restaurant pour une paire que vous laverez chez vous !

Petites phrases à connaître pour refuser sacs et couverts jetables :

レジぶくろらないです。

Je n’ai pas besoin de sac plastique (réji bukuro wa iranai desu).

はしらないです。

Je n’ai pas besoin de baguettes (o hashi ha iranai desu).

らないです。

Pas besoin (iranai desu).

Mon trousseau de clef avec environ 3,549 babioles

Mon mari et moi sommes très tête en l’air lorsqu’il s’agit de nos clefs. Nous nous sommes déjà retrouvés enfermés dehors. Du coup, la parade fut d’agrémenter nos porte-clés avec plein de babioles dessus. Pas très léger, pas très discret, mais efficace !

sac au Japon

Un rouge à lèvre que je ne mets généralement pas

… Mais que je garde, car on ne sait jamais !

LA CREME SOLAIRE

Je vous l’accorde, c’est principalement durant le printemps et l’été. Si vous avez la peau claire et que les rayons de soleil font de votre couenne un barbecue, avoir une crème est vraiment super important au Japon. Sortez crémé.e.

Une crème pour les mains

Depuis que je suis au Japon, j’ai malheureusement très vite les mains sèches et irritées. Du coup, j’ai toujours un petit tube de crème prescrit par le dermato dans mon sac.

Un coupe-ongle

Suis-je la seule ?

Une petite serviette

La serviette c’est définitivement un indispensable à avoir dans son sac au Japon. Bien que les toilettes publiques soient au top, les séchoirs à air chaud ne sont pas toujours dispo / au meilleur de leur forme. Et puis c’est toujours utile pour éponger la sueur (en été), la pluie (durant la saison des pluies), le thé renversé sur votre bureau.

Des écouteurs

Genre 3 paires. Dès fois que j’en perdrais une ou que l’autre se casserait. Le comble c’est que j’écoute de la musique genre une fois tous les 36.

Mes gants de cyclisme

Parce que je me déplace principalement à vélo et que je n’ai pas envie de développer des « coussinets ».

Enfin, dans les indispensables de mon sac au Japon, pas mal de choses ont disparu :

  • mon Kindle (je me suis rendue à l’évidence, je ne lis pas durant ma pause déjeuner !)
  • trousse à maquillage (je ne me maquille plus)
  • mini kit de couture (je ne sais pas ce qui m’a pris d’avoir cela pendant 2 ans)
  • boules Quiès (prévention pour un karaoke impromptu – ce qui m’est arrivé genre, deux fois )
  • pansements (à bien y repenser, je devrais peut-être en avoir, sait-on jamais…)

Ce que j’ai fini par laisser au bureau…

Il fut un temps, je me baladais avec pas mal de choses et mon sac commençait à peser. J’ai appris à laisser certaines de mes affaires au bureau ! Par exemple, mon kit brosse à dent est sagement rangé aux cotés des kits de mes collègues. Cela plaisir de voir que pratiquement toutes les femmes ont une brosse à dent qui traine au bureau. Je me demande si c’est le cas côté hommes ?

En cas de maux de tête ou de rhume, je ne jure que par le baume du tigre. C’était sympa à avoir dans mon sac, mais ça « embaume » pas mal les autres affaires. Du coup, il est sagement rangé dans mon tiroir.

Même constat avec mon carnet de notes, mes stylos et toute la panoplie de la bonne employée. N’ayant jamais été amenée à véritablement utiliser ces objets en dehors du bureau, je me suis décidée à les laisser.

Et vous, c’est quoi vos indispensables ?

RELATED POSTS

2 Comments

  1. Répondre

    ELSA LAGACHE

    23 octobre 2018

    « Parce que je me déplace principalement en vélo et que je n’ai pas envie de développer des « coussinets ». » Hahaha effectivement, bonne idée les gants. Petite annotation il est préférable de dire « à vélo ».
    Vive le vélo et je dirais même plus vive la possibilité d’acheter des vélos recyclés à Tokyo. Il n’y a pas de vieux vélos abandonnés tout rouillés dans les rues c’est un vrai bonheur, beaucoup de villes ont de la graine à prendre.

    • ameliemarieintokyo

      2 novembre 2018

      Merci ! 🙂 Je corrige de suite

Partagez vos impressions, idées et expériences avec moi :)

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.