Shinjuku Gyoen: trop effrayé par les étrangers, il les fait entrer gratuitement!?

Shinjuku Gyoen

Connaissez-vous le Shinjuku Gyoen, ce magnifique parc situé à l’ouest de Tokyo, dans le quartier de Shinjuku? C’est un très bel endroit que je recommande, une véritable bouffée d’air dans la mégalopole tokyoite. Il offre suffisamment d’espace pour s’y perdre et se déconnecter – le temps d’un après midi, de la ville. Ce parc a aussi la particularité d’être composé de trois styles, japonais, français et anglais. Vous pouvez, moyennant une modique somme, profiter d’une balade au printemps pour y découvrir plus d’un millier de cerisiers en fleurs, parmi les quelques 20,000 arbres qui le composent.

Et nous découvrons avec effarement l’histoire de cet employé de 71 ans, qui depuis avril 2014, n’a pas osé faire payer les étrangers. La raison? Il avait trop peur de faire face à des mécontents lui parlant en anglais. L’employé, qui ne maîtrise pas la langue de Shakespeare, a expliqué qu’on lui a crié dessus par le passé. Une expérience qu’il n’avait guère envie de renouveler.

Sa solution, tendre les tickets sans demander son reste. Ou plus exactement, les droits d’entrées, s’élevant à 200 yens pour les adultes, et 50 yens pour les étudiants et les jeunes enfants. Il a été découvert en raison de l’anomalie trop importante au niveau de la billeterie, remarquée par ses collègues. Pensez donc, les autorités du parc estiment qu’au moins plus de 160,000 personnes seraient ainsi entrées dans le Shinjuku Gyoen sans s’acquitter des droits jusqu’en décembre dernier.

Le ministère de l’environnement a prélevé un mois de salaire en tant que sanction disciplinaire. Il est à noter que l’homme a aussi volontairement reversé la moitié de sa retraite (2,500 € environ) comme réparation après avoir démissionné.

Lorsque j’ai lu cette nouvelle, trouvée sur Twitter (clin d’oeil à Snakillol, dénicheur d’info insolites), j’ai d’abord souri. Et puis j’ai pensé un peu à cet homme – 69 ans au début des faits, et à ce stress ressenti face à des étrangers avec lesquels il ne peut communiquer… Quelles solutions mettre en place? Aurait-il pu faire autrement? Qu’est-ce que cela nous enseigne sur la société japonaise – mais aussi sur le comportement des touristes (toutes nationalités confondues, merci)?

Je vous laisse méditer!

(L’information en japonais: ici)

shinjuku gyoen

Carte d’accès au parc, avec trois entrées: Sendagaya, Shinjuku et Okido. source: Site officiel (anglais)

 

ameliemarieintokyo

Née en 1988, dans la région nantaise, baccalauréat littéraire. Études juridiques: M1 droit économique communautaire et international, M2 Droit Maritime. DUT de Français langue étrangère. Addiction: littérature, journaux, cinéma (Ozu, Kurosawa), voyager.

RELATED POSTS

3 Comments

  1. Répondre

    Arisa

    21 janvier 2017

    Je connais l’endroit et c’est vrai que je suis rentrée gratuitement. En fait, je suis rentrée sans même avoir eu ce ticket d’entrée. Personne ne m’avait calculé ni parlé. Peut-être est-ce parce que j’ai une présence facile à oublier comme Kuroko Tetsuya de Kuroko no Basuke. Mais je ne savais pas qu’il fallait payer pour entrer et surtout, c’est facile d’entrer sans être questionné.

  2. Répondre

    tarab2014

    21 janvier 2017

    Pauvre homme qui n’a pas osé demander l’aide de ses collègues ou de qui que se soit, quitte à risquer la perte de son emploi et des sanctions… Assez attristant.

  3. Répondre

    Christian Lamotte

    1 mai 2017

    Plutôt étonnant vu que c’est un système de billetterie automatique avec tourniquet en contrôle d’accès

Répondre à Arisa Annuler la réponse.